Pokémon AAML
Pokémon AAML
Pokémon AAML
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Pokémon AAML

Salut à toi Invité!
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Soyez les Bienvenue sur Pokémonaaml ! Inscrivez-vous, présentez-vous et rejoignez-nous !
Concours de OS mars2022 terminé ! Merci aux participants ! Pensez à lire et voter !
Le Deal du moment : -28%
PNY CS900 Series – Disque SSD 1 To 2,5″ ...
Voir le deal
71.99 €

 

 OS Dans la nuit

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Bella
Administrateur
Administrateur
Bella


Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 4380
Age : 34
Film Pokémon préféré : Le pouvoir est en toi.
Pokémon(s) préféré(s) : Dracaufeu (bien d'autres mais principalement lui)
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : Soul silver
Date d'inscription : 10/05/2009

OS Dans la nuit Empty
MessageSujet: OS Dans la nuit   OS Dans la nuit Icon_minitimeMer 11 Fév 2015, 02:08

Navrée pour ce titre peu recherché ^^ Je vous livre un petit OS qui a été en plus grande partie écrit en pleine nuit. Je ne me servirai pas de ça pour excuser l'histoire toute entière si vous la trouvez nulle mais au moins pour excuser peut-être quelques fautes, de vocabulaire, orthographe, grammaire, que sais-je ^^

Je tiens à mettre un avertissement sur cet OS que je n'ai pas posté dans la section osée car il n'est en rien détaillé ou choquant, mais il décrit un certain érotisme à un moment donné, lisez-le donc prévenus Razz

Bonne lecture et laissez vos commentaires Wink

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

Je sortais en courant presque de cette bouche de métro, me hâtant sous la pluie qui tombait en trombe de cet orage, pressant le pas au maximum avec lui sur mes talons. Malgré ses appels à répétition je n'avais aucune envie de me retourner et lui faire face, j'étais plus que contrariée, j'étais énervée au plus haut point, en colère !

Le chemin à faire pour rejoindre l'appartement prendrait dix bonne minutes sous ce torent et je n'avais rien pour me protéger, ni capuche ni parapluie, en quelques minutes à peine mes cheveux, que j'avais si bien brushé pour cette soirée, ne ressemblaient plus à rien,quand à mon maquillage que j'avais pris soin de sophistiquer un petit peu également ne valait plus grand chose non plus.
Par reflexe je m'entourais de mes bras pour me réchauffer et pestais quand je dû m'arrêter au passage piéton à cause de ces satanés automobilistes qui, bien à l'abri dans leur voiture, ne prenaient même pas la peine de s'arrêter pour laisser passer un piéton qui dégoulinait.

Mon cher et tendre en profita pour me rejoindre et attraper mon bras dans le but de me retourner vers lui. Je me dégageais de son étreinte brutalement, je n'avais rien envie d'entendre.
Le petit signal lumineux vert sur le feu apparut pour les piétons et je me jetais sur la route pour traverser, narguant les phares allumés des voitures en pause forcée.
Mais comment pouvait-il y avoir encore tant de voiture en circulation à minuit passée, les gens ne dormaient-ils pas dans cette ville ?

Je continuais, tête baissée, bras enroulés autour de mon corps, à marcher au plus vite  pour subir la pluie le moins longtemps possible et échapper à mon petit ami qui tentait tant bien que mal de se justifier depuis que nous avions quitté prématurément cette soirée à laquelle nous étions conviés ce soir.
Je n'entendais que mes pas claquant sur le sol mouillés et les siens derrière moi qui tentaient vainement de garder mon allure, ainsi que ses appels qui persistaient "Chérie ! Ecoute moi !" me criait-il en permanence.

Cependant, il m'avait rabattu les oreilles de ses excuses durant tout notre trajet jusqu'ici et je n'avais pas envie d'en entendre d'avantages.
Je pressais d'avantage le pas quand un éclair s'abattu soudain autour de moi, me figeant totalement. La peur s'insinua en moi et le grondement du tonerre vint finir de m'en ennivrer.
Un spasme que je ne contrôla pas fit hocketer mon corps tout entier.

Mon homme profita de ce moment de faiblesse pour me rattraper de nouveau et cette fois se poster face à moi pour me balancer avec autorité : "Ca suffit tu vas m'écouter maintenant ! "

_ Certainement plus ! Ca suffit ! lui criais-je à mon tour en tentant d'occulter la peur panique de cet orage qui me rongeait.

_ Je n'ai rien fait de mal ! Se défendit-il encore une fois en tentant un ton un peu trop sincère

_ Tu ne l'as pas repoussée en tout cas !

_ Je n'ai pas su comment réagir surpris de son attitude mais je n'ai rien à me repprocher !

_ Tu n'avais qu'à la giffler cette gourde !

_ C'est bon ça tu l'as fait ! me balança-t-il en colère à son tour.

_ Parce qu'elle le méritait ! Non mais elle s'est jetée à ton cou ! Je n'allais pas en plus lui faire un bisou !! Criais-je en faisant grimper ma voix d'avantages dans les aigus.

J'entretenais une jalousie, je devais bien l'avouer, exacerbée quelques fois vis à vis de mon homme mais ce soir la goutte d'eau avait fait déborder le vase.
Lui par contre semblait de plus en plus en colère au fur et à mesure que notre dispute prenait de l'ampleur. Et plus sa colère grimpait, plus la mienne prenait d'ampleur aussi.

A présent nous n'étions plus que cris et reproches sous les fenêtres de ces gens certainement endormis, et sous les yeux de certains rares passants qui courraient pour échapper à la météo. 

Au point où j'étais trempée je n'étais vraiment plus à ça près. J'étais frissonnante, la peau mouillée, mais le froid m'importait peu. Je ne voyais que par ma colère.
Je m'emportais et voulu continuer mon chemin, fâchée, mais il me retint en me maintenant fermement par les épaules en me criant que non, je ne bougerai pas d'ici tant que je n'aurai pas entendu raison.

Voulait-il que j'attrape une pneumonie ? Je ressentais vraiment une rage folle, la jalousie s'était insinuée sournoisement dans mes veines, et je ne voyais plus rien avec clairvoyance. Ses mots n'y changeaient rien, ni son emprise physique sur moi. Rien ne me faisait décolérer, et je lui criais de me lâcher en me débattant, mais il était hélas bien plus fort que moi et maintenait sa prise sur moi avec force. Alors moi aussi je me débattis plus fort, et ce alors qu'il se rapprochait de moi pour me coller contre son corps afin que ma tête repose sur sa poitrine -certainement dans l'espoir de me calmer et estomper mes larmes- mais c'était peine perdue.
Je me savais déraisonnable et je m'insupportais dans ces moments là, mais c'était plus fort que moi ce sentiment, je ne le contrôlais pas. L'image d'une autre femme posant ses mains sur lui m'avait brulé les yeux et je ne contenais pas ma répugnance face à ce souvenir.

"Calmes-toi" tenta-t-il sur un ton plus doux que toutes ces phrases précédentes

Je lui ordonnai de me lâcher mais il n'en faisait qu'à sa tête, et je me débattais encore, parvenant seulement à me décoller de son corps. Je relevais vers lui des yeux remplis de rage et de tristesse. Un regard accusateur et meurtrier qui croisa le sien, plus tendre, désolé et plein d'amour...
Je me perdis un instant dans ce regard, à lui seul il parvenait à me réchauffer tandis que je mourrais de froid sous cette pluie toujours battante. Il me réconfortait malgré ma colère et ma peur.
Laissant le pouvoir de ses yeux faire leur effet un instant sur moi, je m'autorisais à le regarder d'avantages, observer son visage, son si joli visage sur lequel gouttait l'eau de cette pluie diluvienne, ses longues mèches retombant négligemment sur son front, perlantes.
Il était trempé et j'étais dans le même état. Mais tandis que je devais être à mon plus grand désavantage, lui par contre était foutrement sexy comme ça !
Et ça m'aurait brûlé la langue de l'admettre  mais je le trouvais beau à tomber en cet instant, encore plus qu'à l'accoutumée !

Et alors que je l'observais fixement depuis plusieurs longues secondes, je m'apperçu que l'étude de ses magnifiques traits m'avait coupé la voix et avait calmé ma colère. 

Je le surpris aussi en train de me détailler avec insistance, s'accrochant à mes yeux pour me fixer intensément, si intensément que je n'aurai réussi à maintenir son regard longtemps s'il ne l'avait pas fait glisser jusqu'à mes lèvres. Ses yeux brûlants devinrent envieux, et une lueur de désir y passa brièvement, mais suffisamment forte pour que je la ressente, j'en mordis mes lèvres ! Réflexe auquel il répondit par une brusque inspiration qui laissait à croire que ça lui faisait quelque chose...
Le beau marron chocolat de ses pupilles devint incandescent et il glissa le long de mon corps et me brula presquesur son passage, puis il stoppa sur ma poitrine. Je le vis clairement se mordre l'intérieur de la joue et avaler difficilement sa salive en maintenant sur eux un regard brulant de désir qui me fit rougir violemment !

"Qu'est-ce que ..."

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase qu'il se jeta sur mes lèvres pour les dévorer des siennes. Il m'embrassa si intensément, si ardemment ! Son baiser n'avait rien de tendre, il était juste passionné, affamé. Il força le passage de mes lèvres avec sa langue et trouva la mienne. Elles se mélangèrent, se caressèrent, jusqu'à nous exciter lui et moi jusqu'à un point de non retour.

Ses mains posées jusque là fermement sur mes épaules descendirent le long de mon dos et remontèrent jusque mes côtes pour stopper juste sous mes seins, je haletais à sentir leur chaleur juste là...

Je ne savais quel pouvoir il détenait pour réussir à m'embraser fiévreusement sous ce froid mais il en usait avec habileté en tout cas. Ma colère était toujours là, prête à exploser, mais il réussissait à la maîtriser  grâce à son simple charme et sa séduction.

Il agrippa avec tendresse mais fermeté les cheveux au bas de ma nuque pour me rapprocher de lui  et sceller mon visage au sien. Surprise par cette douce brutalité, je gémis contre sa bouche, et j'eu l'impression, à sa façon d'approfondir d'avantage son baiser et de coller son corps un peu plus au mien, que cette expression involontaire lui avait fait de l'effet.
J'allais me laisser emporter par la magie de son baiser quand soudain, un éclair reclaqua le sol environnant et le tonnerre retentit dans la foulée, me faisant sursauter de façon incontrôlée et me fit me détacher de notre étreinte et retrouver vaguement mes esprit l'espace de quelques secondes.

Ce feu d'artifice d'émotions en moi me rendait parfaitement incohérente, j'avais envie de me jeter à son cou autant que de laisser exploser ma colère. Reprenant un semblant de contrôle, je voulu crier quelque chose du genre " Ne crois pas que ça va se passer comme ça !"

Cependant, son regard s'assombrit une fois de plus. Un regard qui aurait sans l'ombre d'un doute paru malveillant à une parfaite étrangère mais, moi je le connaissais. Moi je savais ce qui l'animait en cet instant, une rage folle, non provoquée par la colère mais par un désir brûlant qu'il était frustré de ne pouvoir assouvir.
Il avança d'un pas menaçant vers moi, me faisant instinctivement reculer.
Il m'impressionnait ! Il ne m'effrayait pas du tout non, il me fascinait. Je le craignais en cet instant car je ne devinais où les tréfonds de son désir allaient nous mener, mais loin d'être dérangée par ce fait, j'en étais toute retournée, follement impatiente et excitée ! Qu'envisageait-il ? Ses traits devenaient indescriptibles au fur et à mesure des secondes qui s'écoulaient.

J'affrontais ce regard de braise, celui auquel je me soustrayais pourtant souvent tant il m'intimidait, faisant face directement à sa passion dévorante, et malgré mon désir de fuir ses yeux, j'y restais accrochée comme une perdue.
Il avançait toujours lentement en me fixant de ses yeux presque noircis d'envie, et moi je reculais toujours instinctivement, comme un petit animal pris au piège face à son prédateur. Il était le mien sans aucun doute, et j'étais bien souvent sa proie volontaire.

Je tentais d'ouvrir la bouche pour émettre un son, n'importe lequel pour tenter de reprendre contenance, lui indiquer qu'une forme de conscience m'habitait encore, mais il stoppa mon élan pour trancher, comme s'il avait lu dans mes pensées : " Ca se passera comme il me plaira!"

Et là sans m'y attendre, et alors qu'un nouvel éclair fouetta l'air ambiant et trempé, il agrippa mes épaules et me plaqua contre le mur qui n'était maintenant plus qu'à un pas derrière moi et se jeta sur moi tel un lion sur sa proie, sans répit, sans ne me laisser aucune possibilité de protester ou même de m'échapper.
Mais en avais-je vraiment envie ?

La colère me rongeait toujours, même si la violence de celle-ci était voilée  par mon désir fou de lui. Elle était toujours là, tapie, et c'est elle qui me motiva, peut-être par fierté, à me débattre pour échapper à sa seule volonté.


Mais alors que je m'agitais entre ses bras, il ressera son étreinte sur moi et saisit avec force mon menton entre ses mains pour maintenir mon visage en place et m'embrasser avec toute l'ardeur dont il avait envie.  Je continuais à tenter de me dégager -même si paradoxalement je mourrais d'envie qu'il continue à posséder ma bouche de la sienne.

Qu'allait-il advenir de moi ce soir ? Qu'allait-il advenir de nous tout court ? C'était si évident que la passion qui nous consumait l'un l'autre était aussi violente que l'amour qu'on se portait...

 Comment voir les choses avec clairvoyance quand on s'aimait  aussi ardemment que c'était notre cas, et que tout ce qui était raisonnable autour de nous passait au second plan? Comme si nous vivions dans une bulle que personne ne pouvait percer.

C'était ce qui faisait notre faiblesse... C'était aussi ce qui faisait notre force. C'était ce qui nous avait souvent mené au désastre, mais c'était aussi ce qui nous avait toujours permis de nous retrouver, toujours plus fort, toujours mieux.

Il colla son bassin au  mien et je sentis la preuve formelle de son envie de moi, et il provoqua une autre réaction physique, plus dérangeante, au coeur de mon intimité, plus forte que celle que je ressentais déjà au creu de mon ventre.

 Je détachais mes lèvres des siennes pour le regarder dans les yeux, et sans qu'il n'eu besoin de prononcer le moindre mot je devinais ses projets.
Allais-je le laisser entreprendre sa folle aventure ici même? Lui qui ne patienterait pas une centaine de pas supplémentaire ? Le laisserais-je goûter à ce qu'il convoitait tant en cet instant, sous cet orage violent, en pleine nuit et dans cette rue certes déserte -mais non à l'abri de potentiels regards indiscrets ?


Il lâcha son emprise ferme de mon visage pour laisser sa main parcourir ma joue avec une tendresse infinie jusqu'à passer dans mes cheveux trempés.
Le furieux désir dans ses yeux laissa place un instant à une autre lueur bien plus puissante... : l'amour qu'il me portait.
Je fondais ! Comment pourrais-je jamais résister à cet homme qui avait été créé par dieu lui-même pour tourmenter à jamais ma vie ?
Il n'était que tentation, le sortilège d'un mauvais dieu qui aurait juré ma perte.  Mais je savais transformer ce diable dévastateur en l'incarnation parfaite de l'amour quand je posais mes yeux sur lui.

Et dans ces moments où son coeur s'ouvrait à moi, je ne pouvais plus rien lui refuser, vouant tout ce que j'avais pour lui, faible ô possible devant sa personne.
Alors je ne me posa plus de questions et décidai de le laisser faire de moi ce qu'il voudrait ce soir, puisque mon coeur et mon corps ne sauraient le lui refuser de toute façon. Pire, ils le lui réclamerait !

Il m'embrassa à nouveau mais cette fois avec douceur, avec une sensualité toute à découvert. Ce n'était que séduisant, excitant et totalement bouleversant.
Je tremblais sous ses mains que je sentais descendre de mes épaules en une longue caresse le long de mes bras jusqu'à mes mains. Là, il entrelaça ses doigts aux miens en ne cessant de prolonger notre baiser.  Puis il me décolla de ce mur froid et me guida.
Les yeux clos, profitant du contact chaud de son corps pourtant trempé,, savourant chaque note que faisait vibrer en moi notre échange, je marchais à reculons en le laissant me guider, dans un petit renfoncement sombre, même complètement enténébré. Une petite impasse aux allures normalement inquiétantes mais qui là, prenait une toute autre ampleur, un refuge d'amour. Une cachette de douce luxure.

Je le laissais m'adosser à un petit muret et m'asseoir sur son rebord, délier ses mains des miennes et les poser sur mes cuisses qu'il caressa en passant sous le fin tissu de ma robe qui collait à ma peau. Le tonnerre grondait toujours à quelques centimètres de nous et les éclairs zébraient toujours le ciel, mais la peur s'était dissipée en même temps que ma colère.
Enivrée de lui, je n'étais plus qu'une boule de désir.


Sa douceur se ponctuait de pointes d'ardeur dans sa façon de dévorer mes lèvres et de me caresser. Une pression entre mes jambes pour les écarter, et il hissait son corps entre elles pour le presser au mien et ainsi, me témoigner toute sa virilité et son envie de me prendre sans plus pouvoir attendre.
Ses gestes se précisèrent sur mon corps, se concentrant à délecter ma peau de caresses plus charnelles.
Et alors que ses doigts partaient à la recherche certaine de la partie la plus intime de moi, sa bouche quitta la mienne pour contenter la peau de mon cou et me donner le plaisir de la sentir glisser le long de ma poitrine jusqu'à la pointe tendue de mes seins qui ne réclamaient que sa chaleur.

Je lâchais un gémissement involontaire, sortie du plus profond de ma gorge. Son corps faisait chanter le mien plus que ma propre voix.
Encouragé par mes manifestations de plaisir, il accentua sa douce torture là, juste au creu de mon intimité.
Je n'y tenais plus. Qu'importe les risques  de nous faire surprendre ou l'orage qui menaçait autour de nous, je le voulais contre moi, je voulais le sentir en moi, là maintenant. Plus qu'une envie ça en devenait un besoin. Un besoin urgent.

Il m'avait rendu folle et devrait me guérir au plus vite et en assumer toutes les conséquences; Je ne voulais plus attendre. Mes mains avides qui ne cessaient de le toucher trouvèrent la boucle de sa ceinture et je la défit sans réfléchir, et en déboutonnai un à un les barrières qui me séparait de l'objet de mon désir.


Débarrassée de cet obstacle, j'autorisais ma main à partir à la recherche de sa convoitise, et je la trouvais rapidement, la saisissant, la savourant, la caressant à travers son sous vêtement, arrachant à mon homme un râle de plaisir rauque et divinement excitant.

Il releva la tête et fondit en mes yeux pour y trouver l'accord qu'il voulait, la permission silencieuse d'aller plus loin, de nous assouvir tous les deux. Je la lui accordais sans aucune retenue ni aucune pudeur.
Il releva le bas de ma robe jusqu'en haut de mes cuisses, tandis qu'à l'inverse je baissais le haut de son pantalon et son boxer pour libérer sa virilité.
Il était prêt à me donner le plaisir dont j'avais envie, celui qu'il disait toujours - avec cet amour si spécial qu'il me vouait- que je méritais.

 Et j'étais prête aussi à le laisser me donner et prendre ce plaisir.

Un regard intense, presque suppliant plus tard, et il s'insinua en moi en un puissant coup de rein et un bouleversant "je t'aime" qui fit perler une larme au coin de mes yeux. Rarement nous n'avions vécu moment si fort en émotions. Nous nous aimions tant que c'était terrifiant. Qui aurait pu le contester... qui aurait même pu le briser.

Il se mouva en moi avec toute sa force et sa passion, tandis que je m'aggrippais à son dos et mordais son épaule pour ne pas crier le plaisir fou qu'il me procurait à chacune de ses pénétrations. Ses mains sous mes fesses me saisirent fermement pour que je puisse subir ses puissants assauts et je me cambrai en arrière en gémissant pour laisser déferler en moi le plaisir qui ne cessait d'augmenter. 

Bientôt j'atteindrai le point de non retour, je le savais. Mais je voulais l'attendre, que nous partagions cette extase ensemble, vibrant à l'unisson.

Il se délectait en moi de tout le plaisir que je lui procurais. 



Et alors qu'à force d'intensifs rencontres de nos bassins, nos muscles n'en pouvaient plus, je le sentis en moi prêt à se libérer complètement.

C'est à ce moment que le bruit terrible de la foudre s'abattit quelque part sur la ville, et j'entendis en même temps ses gémissements s'amplifier au creu de mon oreille, murmurer mon prénom avec une voix étranglée. Je vis ses yeux se fermer, sa tête se cambrer en arrière, ses lèvres s'entre ouvrir... et je ne le trouvais jamais plus beau et sexy qu'en ces moments là.

 Je connaissais par coeur ce magnifique visage de la libération qui ne manquait jamais de me rendre complètement dingue de lui... et cette vision de lui me libéra à mon tour, tandis que la terre vibrait sous nos pieds sous la secousse de la foudre. J'étouffai mes cris au creu de son cou en prononçant son prénom dans une plainte satisfaite.

Il était parfait ! Nous étions parfaits ensemble... Je le sentis contre moi reprendre lentement son souffle et un battement de coeur régulier. Puis sa profonde tendresse reprit le dessus et sa main glissa dans mes cheveux toujours mouillés et froids. Un doux sourire sur le visage, il déposa un tendre baiser sur mon front.
Moi, les joues rosies par notre étreinte sauvage, je m'autorisais à le regarder timidement et à lui sourire. Je l'observais un instant, toujours trempé lui aussi, frissonnant.
Ô combien j'aimais cet homme ! Jamais personne au monde ne saurait l'aimer plus que moi, ni ne pourrait même y arriver.  Et j'espérais qu'il le savait, qu'il s'en rendait compte et qu'il voudrait lui aussi toujours me garder, pardonnant mes excès, ma jalousie exagérée.

" Oui je le sais" murmura-t-il en posant son front contre le mien "je sais combien tu m'aimes. Je te garderai toujours" sourit-il en m'enlaçant amoureusement.

Une promesse d'amour dans un moment si fort, mon âme-soeur, lui qui lisait même dans mes pensées...  une larme roula sur ma joue, seule témoin extérieur du bonheur qui m'habitait à l'intérieur. L'orage était passé. Après la pluie le soleil brille. Nous rentrions dans la nuit jusque chez lui, main dans la main, heureux, guéris et assouvis.


Like a Star @ heavenLike a Star @ heavenLike a Star @ heaven


Dernière édition par Bella le Lun 17 Jan 2022, 22:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



OS Dans la nuit Empty
MessageSujet: Re: OS Dans la nuit   OS Dans la nuit Icon_minitimeMer 11 Fév 2015, 07:12

Superbe os !!! J'adore !!!!

Tu ecris tjr aussi bien Very Happy on en redemanderai encore et encore !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Bella
Administrateur
Administrateur
Bella


Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 4380
Age : 34
Film Pokémon préféré : Le pouvoir est en toi.
Pokémon(s) préféré(s) : Dracaufeu (bien d'autres mais principalement lui)
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : Soul silver
Date d'inscription : 10/05/2009

OS Dans la nuit Empty
MessageSujet: Re: OS Dans la nuit   OS Dans la nuit Icon_minitimeMer 11 Fév 2015, 10:11

Merci mon chéri Wink Ca fait plaisir Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
lati@s

OS Dans la nuit 1413562885-ecran5-jvshack-com
lati@s


Aucun Avertissement

Masculin Nombre de messages : 1906
Age : 23
Film Pokémon préféré : Latios et Latias les heros pokemon
Pokémon(s) préféré(s) : Latias, Latios, Mew, Absol et Zorua.
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : Diamant, Noir/Blanc et XY
Date d'inscription : 28/05/2011

OS Dans la nuit Empty
MessageSujet: Re: OS Dans la nuit   OS Dans la nuit Icon_minitimeVen 13 Fév 2015, 23:26

Oulalalala, faut pas me faire lire ça la veille de la Saint Valentin. Voyons Rachel, voyons ! No
Je me sentais comme un passant les ayant surpris et observé d'un œil discret. Et comme un passant n'arrivant pas a détacher son regard de la scène, je n'arrivais pas à arrêter de lire.
Vraiment, très bel OS, Rachel. Très intense je dirais Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Bella
Administrateur
Administrateur
Bella


Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 4380
Age : 34
Film Pokémon préféré : Le pouvoir est en toi.
Pokémon(s) préféré(s) : Dracaufeu (bien d'autres mais principalement lui)
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : Soul silver
Date d'inscription : 10/05/2009

OS Dans la nuit Empty
MessageSujet: Re: OS Dans la nuit   OS Dans la nuit Icon_minitimeMar 17 Fév 2015, 01:09

Hihi, tu me fais rire Lati@s Razz

Merci pour ton commentaire qui m'a fait très plaisir. Contente que ça t'aie plu Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Myû

OS Dans la nuit 1413562761-ecran2-jvshack-com
Myû


Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 28/04/2015

OS Dans la nuit Empty
MessageSujet: Re: OS Dans la nuit   OS Dans la nuit Icon_minitimeMar 09 Juin 2015, 20:43

Super OS! Very Happy
Tu écris super bien écrit
Franchement j'ai adoré! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Bella
Administrateur
Administrateur
Bella


Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 4380
Age : 34
Film Pokémon préféré : Le pouvoir est en toi.
Pokémon(s) préféré(s) : Dracaufeu (bien d'autres mais principalement lui)
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : Soul silver
Date d'inscription : 10/05/2009

OS Dans la nuit Empty
MessageSujet: Re: OS Dans la nuit   OS Dans la nuit Icon_minitimeMar 09 Juin 2015, 20:54

Merci ! Very Happy Contente qu'il t'ai plu ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





OS Dans la nuit Empty
MessageSujet: Re: OS Dans la nuit   OS Dans la nuit Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
OS Dans la nuit
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une Nuit de Novembre
» OS poème: nuit infinie
» Fic Wander pour concours. Un combat pour une nuit
» dans le grand nord
» La Guerre dans Pokémon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon AAML :: FICTIONS :: OS :: OS AUTRES-
Sauter vers: