Pokémon AAML

Pokémon AAML

Salut à toi Invité!
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Bienvenue sur le forum AAML ! Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

Rendez-vous à 20h00 sur la Tchat-Box du forum ce soir pour une soirée Tchat-box ! Very Happy

Partagez | 
 

 ~ La chambre d'à côté ~

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Lolo57
Administrateur
Administrateur
avatar

Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 3011
Age : 23
Film Pokémon préféré : Je les aime bien tous pour être honnête, mais je dirais les trois premiers films
Pokémon(s) préféré(s) : Étouraptor
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : RF/VF
Date d'inscription : 27/10/2010

MessageSujet: Re: ~ La chambre d'à côté ~   Mar 13 Mai - 13:05

Haaaaaaaaaannnnn !!!!
J'ai kiffée !! C'était terrible!!! *-*

/Spoil\
J'ai adorée l’initiative d'Aurore lorsqu'elle l'a invitée et Paul qui était comme un imbécile heureux :3
Raah, je crois que ce que j'ai le plus kiffé, c'est la scène avec Ludo ! Rah, quand j'ai lue que c'était lui qui était entré, j'avais le cœur qui s’accélérait, genre "p*tain de merde ! p*tain de merde ! " En fait j'avais peur mais j'avais grave envie de savoir la suite ! xD
Alors on peut supposer que Ludovic les avaient suivit. Quand il y a eu la scène du rendez-vous, j'ai pensée à lui. J'me suis dit, ça y est, il va débarquer au café ou dans la rue... XD La bagarre, ils se sont bien mis sur la gue*le quand même ! Et Aurore qui essaye désespérément de les arrêter. x)
J'ai kiffée les propos de Ludo par rapport à Aurore quand il parle à Paul, au début de la bagarre. Mais au moins, il ne sait pas que c'est lui le père ! S'il l'apprend, ça va encore plus foutre la merde, dis donc ! x)
J'ai p*tain de kiffé quand y'a Reggie qui a débarqué avec tout le peuple derrière lui, ahah ! Very Happy"Mêlée !!" mdr
J'ai adoré quand le père prend la défense de tout le monde, c'est vrai que c'est surprenant. Deux semaines avant il critiquait et là, il prend la défense de Paul et Aurore ^^ J'ai adoré quand t'as le père et Reggie qui s'avancent vers Ludo ! Genre mec, t'as plus aucune chance... ! Razz
J'ai bien aimée la scène avec Paul et son père, c'était sympa de voir que même s'il a eu dû mal à le dire, il a pu parler franchement à son fils Smile
J'ai adorée quand Aurore avoue à Paul qu'elle aurait préféré qu'elle soit enceinte de lui, c'était mignon :3
Par contre, je n'aurai jamais pensée qu'elle l'aurait embrassée ! J'aurais + pensée à ce qu'ils s'enlacent pour que Paul la rassure x)
Enfin, on se dit que sur le coup de l'émotion et du choc elle a pu avoir envie, mais j'ai trouvé que ça faisait trop euh... comment dire ? Brusque. Cash comme ça. Genre elle a vient de vivre un nouveau traumatisme, après qu'ils aient parlé vite fait, bah elle l'embrasse. Tu vois ce que je veux dire ? XD
Mais sinon, j'ai trouvée que c'était pas mal ! On voit que Paul kiff malgré qu'il soit surpris de son geste Razz
N'empêche, le pauvre Paul, on se met à sa place et quand Aurore s'excuse c'est comme si elle regrettait de l'avoir embrassé alors que lui a aimé quoi. Ils vont galérer à se reparler maintenant x)
/Spoil\

J'ai trop hâte de savoir la suite !! Very Happy

______________________________________________________
« Don't Let Anything Stand In The Way Of Your Dreams...»
Ne Laisse Pas Quoi Que Ce Soit Bloquer Tes Rêves...

Revenir en haut Aller en bas
natsu dragneel


avatar

Aucun Avertissement

Masculin Nombre de messages : 2011
Age : 26
Film Pokémon préféré : Le pouvoir est en toi
Pokémon(s) préféré(s) : aligatueur, mélodelfe nymphali et mentali
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : argent
Date d'inscription : 18/11/2011

MessageSujet: Re: ~ La chambre d'à côté ~   Mer 14 Mai - 20:49

yes enfin la scène du baiser dommage qu'elle ait fait ça dans un moment de vulnérabilité
le moment où il s'essuie sa bouche est juste trop cute
La scène de la bagarre est superbement bien décrit on s'y croirait presque, heureusement que le père et régie sont intervenus et qu'aurore ne l'a pas suivi
la réconciliation entre paul et son père fait très plaisir
vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Oohfemmeluxieuse
Gagnante du concours de fics
Gagnante du concours de fics
avatar

Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 2883
Age : 24
Date d'inscription : 21/04/2011

MessageSujet: Re: ~ La chambre d'à côté ~   Mar 20 Mai - 17:18

Merci beaucoup pour vos commentaires ! ça fait plaisir !! :DVoici la suite ! Smile

Chapitre XX :

Le corps se mouva sous la couette, faisant retentir discrètement des petits bruits de frottement de couverture avant d'entrevoir les mèches violettes qui dépassaient de cette dernière dans la pénombre de la chambre. Un petit soupir se fit entendre avant qu'un visage se montra hors de la couverture épaisse, le regard fatigué dirigé vers le réveil numérique qui était posé sur la petite table de chevet, affichant cinq heures et quart. Une main sortit, elle aussi de la chaleur de la couverture, glissant avec lenteur sur le visage du réveilleur.  Un gémissement de douleur se fit entendre lorsque le corps masculin se mit sur le côté puis le propriétaire de la chambre lâcha un bâillement d'un air négligé alors qu'il essaya de se rendormir tout en fermant doucement ses paupières.

Un frisson se fit sentir au niveau de son dos avant d'entendre dans un petit bruit de frottement, un poids feutré s'étaler sur le matelas rendant un sourire au jeune homme. Des mains féminins se glissèrent tendrement sous son haut de pyjama avant de distinguer un souffle chaud au creux de son cou, puis au niveau de son oreille...

« Je t'aime Paul... »

Le dormeur se réveilla brusquement en sueur, faisant tomber une partie de la couverture à terre tandis qu'il essaya de reprendre son rythme cardiaque, la main sur le poitrail. Il alluma ensuite sa petite lampe de chevet avant de regarder de chaque côté une infime présence de l'élue de son cœur  confirmant piteusement que ce n'était qu'un rêve, qu'un fruit de son imagination. C'était tellement réel songea-t-il en mettant les pieds sur le sol, en position assis. Il mit sa tête au creux de ses paumes, les coudes sur les genoux, laissant le silence de la pièce l'entourer de nouveau. Les cheveux à moitié en bataille, Paul ne prit pas la peine de les remettre en place alors qu'il venait tout juste de mettre son menton sur ses mains liés, toujours dans la même position, le regard dans le vide. Cette fille aura réussit à le rendre faible pensa le chevelu violet avant de soupirer une nouvelle fois. Et qu'est-ce qu'il n'aimait pas être si faible, avoir l'impression d'être soumis au charme d'une personne, à un rire, à un sourire, un geste, sans même le vouloir. Être enfermé dans un mirage où quiconque puisse le délivrer... C'était donc cela l'amour ? L'amour fou où on pouvait se sentir pitoyable à chaque instant, à chaque pensée vers la personne qui faisait battre effroyablement le cœur ? Et reconnaître malgré cela qu'on adore cette impuissance qu'on pouvait ressentir à chaque seconde ? Paul serra sa mâchoire durement avant de se lever et de s'agiter soudainement de long en large dans sa chambre. Comment Aurore avait-elle pu lui faire ressentir des sentiments aussi forts ? Même à l'époque du lycée, il n'avait jamais sentit de telles émotions pareilles ! Un râle contrarié s'échappa de sa bouche, traduisant sa frustration envers cette situation qui devenait de plus en plus gênante pour le jeune homme. Il essaya de se détendre mais le souvenir de la bouche d'Aurore contre la sienne lui revint subitement en mémoire faisant colorer légèrement ses joues dans un petit soupir de ce dernier. Il avait chaud. Trop chaud pour une nuit d'Automne. C'était trop, pour un rêve soit-disant normal...

Il sortit de sa chambre, longea le couloir puis rentra dans la salle de bain tout en tâtant sur le mur l'interrupteur afin d'allumer la lumière. Il ouvrit le robinet, passa ses mains sous l'eau froide puis se rinça rapidement le visage avant de se dévisager devant le miroir. On aurait dit qu'il avait fait une nuit blanche... C'était presque le cas.  La veille, après avoir dîné avec ses parents en l'absence de sa petite sœur qui avait prévu de dormir chez une amie, il avait zapper les chaînes de la télévision laissant Reggie parler avec leurs ascendants. Sa mère avait essayer de faire la conversation avec lui mais il n'était pas concentré sur les sujets abordés à table et était souvent parti dans ses songes. Lara avait fait la remarque et il avait sortit l'excuse de la bagarre alors que ces pensées n'étaient que dirigées vers le baiser qu'il avait goûté quelques heures auparavant. Il ferma le robinet, prit sa serviette de bain et la mit sur son visage avant de la remettre négligemment à sa place. Ne voulant pas retourner dans lit, il décida de descendre dans le salon où il alluma la lampe, espérant que cela ne fera pas réveiller son grand frère. Il vit un journal sur la table, dans une subite envie il s'installa sur le canapé avant de prendre le magazine. Perdu dans sa lecture il ne vit pas le temps s'écouler...

OOOOO

« Eh Paul... »

La main sur le corps de son petit frère, Reggie le secoua doucement avant d'entendre un petit gémissement de ce dernier. Le jeune homme s'était assoupit, allongé sur le canapé durant la nuit. Un petit sourire se faufila sur ses lèvres, que l'aîné remarqua avant de le secouer un peu plus fort.

« Aller Paul, on se réveille. »

Les paupières du jeune homme se levèrent difficilement dans un petit gémissement de mécontentement faisant sourire tendrement son grand frère. Paul avait l'air si innocent quand il se réveillait... Il mit ses mains en poings serrant son ventre avant de se mettre en boule, décidé à continuer à savourer sa place chaude et son sommeil. Reggie soupira dans un petit rire avant de menacer tout haut que si Paul ne se levait pas, il allait employer les grands moyens. Il entendit soudainement un petit son de la part du jeune homme l'obligeant à tendre l'oreille jusqu'à son niveau où il entendit un « laisse-moi tranquille » étouffé.

« Il est bientôt midi, il serait temps que tu t'actives un peu. »

S'activer pour quoi faire ? On était dimanche, et en général il n'y avait rien à faire ce jour-là. Il lâcha un long soupir avant de céder à la demande de son frère, se levant difficilement avant d'étirer ses bras au maximum.

« Eh bien, en te voyant dormir là, je m'étais cru pendant un instant qu'Aurore dormait encore à la maison. »

Le jeune homme fixa soudainement son grand frère avant de détourner son regard, ratant malgré lui un battement à la prononciation du prénom de celle qu'il avait le béguin. Reggie comprit à l'absence de réponse du cadet que quelque chose se passait dans sa tête, lui formant un rictus.

« Alors, on a rêvé d'une charmante demoiselle ? »

Paul vit l'aîné s'asseoir sur le fauteuil en face de lui alors qu'il rougit face à cette question qui ressemblait à une taquinerie. Comment pouvait-il savoir qu'il avait rêvé d'Aurore ? Il lâcha un petit soupir avant d'ouvrir la bouche afin de répliquer mais aucun son ne sortit. Il comprit au grand sourire vainqueur de Reggie que ce dernier avait touché un point sensible, lui faisant froncer légèrement ses sourcils.

« Je ne vois pas à qui tu fais allusion. » Nia-t-il avant de sentir son ventre se contracter dans un petit bruit.

Il entendit son grand frère rire doucement avant que celui-ci lui remarqua que le jeune homme avait l'air d'avoir faim. Paul détourna de nouveau son regard en songeant qu'il y avait encore deux semaines, Aurore préparait une partie des repas qu'ils mangeaient...

« Ouais. » Souffla-t-il, « Tu as déjà préparé le repas ? »
« Non. »

Un petit soupir sortit de ses lèvres avant de lui demander pourquoi il avait insisté pour qu'il se lève. Reggie lui répondit que s'il l'aurait laisser dormir comme une masse, le jeune homme aurait été capable de ne pas se réveiller durant le reste de l'après-midi faisant grimacer explicitement Paul. Ce dernier hocha simplement la tête, c'est que son frère avait raison en plus...

Reggie se leva du fauteuil en lui informant qu'il allait faire la cuisine tandis que le jeune homme acquiesça une nouvelle fois tout en lui disant qu'il allait prendre une bonne douche, en attendant.

Quelques instants plus tard, il descendit, habillé et coiffé, tandis qu'une bonne odeur de pizza se fit sentir. Le jeune homme accéléra le pas vers la cuisine, le ventre qui gargouillait atrocement.  

« Je ne savais pas qu'on avait des pizzas. »
« J'en ai acheté hier. Ça fait longtemps qu'on n'en a pas manger. »

Le jeune homme regarda le four où chauffait la pizza à quatre fromages avant d'entendre la voix de son frère retentir de nouveau.

« Ce n'est pas encore prêt, il faut attendre encore dix minutes. »

Paul soupira, ayant l'impression d'avoir attendu une éternité. Dix minutes encore... Cela paraissait long, surtout quand on avait une faim de loup.  Il repensa aux remarques d'Aurore lorsqu'elle doutait que le jeune homme commençait à avoir faim. Aurore avait comme un don quand il s'agissait de la faim de Paul... Il baissa son regard sur son assiette encore vide, n'osant pas s'asseoir sur sa chaise, l'absence de son amie se fit sentir atrocement, malgré lui. Pourtant il l'avait revu la veille malgré que leur sortie se fut mal terminé par l'intervention de Ludovic. Il se demandait si la jeune femme allait mieux depuis qu'elle avait assisté à la fameuse bagarre...

« Paul ? Hou hou ! »

Le concerné écarquilla ses yeux, discernant la voix de son frère et la vue de la main de ce dernier secouer devant son visage. Il posa ses orbes noirs sur Reggie, le voyant avec un petit sourire moqueur sur ses lèvres.

« Ça fait deux minutes que j'essaie d'avoir ton attention. Tu étais vraiment dans les nuages. »
« Oh, désolé. »
« Tu penses à elle, hein... »

Paul, qui avait toujours ses yeux fixés sur son grand frère, détourna son regard avant de sentir une légère chaleur l'envahir. Pourquoi devait-il sans cesse ramener la conversation à Aurore ?

« Avec ce qui s'était passé hier, je me demande comment elle va... »
« T'as qu'à l'appeler. »

Le jeune homme osa diriger son regard vers son grand frère, essayant de distinguer un quelconque détail qui pouvait trahir une raillerie sur le visage de ce dernier mais il comprit qu'il avait l'air sérieux.  Il soupira doucement, passant sa main sur sa nuque, un peu gêné avant de lui dire que la jeune femme était sans doute occupée. Après tout, elle pouvait très bien être en plein repas avec sa mère...

« Paul... » Insista l'aîné, « Ça ne va pas la déranger que tu l'appelles. Au contraire... »

Le jeune homme avait l'impression que son frère savait plus de choses qu'il en avait l'air. Et durant un instant il se demandait s'il parlait toujours à son frère ou au psychologue... Il tourna sa tête vers le téléphone fixe près de l'entrée de la cuisine en pensant à ce que son frère venait de dire. C'est qu'il avait peur de déranger, même si cela fait un moment qu'Aurore et lui étaient amis, qu'ils étaient assez proches... Il soupira en pivotant sa tête vers son frère, oui ils étaient proches, mais à quel point ? Il repensa subitement au baiser qu'elle lui avait donner faisant accentuer cette chaleur à l’intérieur de son corps.

« Ça se voit que tu es inquiet pour elle. »

Paul soupira, cela se voyait tant que cela qu'il faisait du soucis pour la jeune femme ? Il détourna son regard pudiquement aux mots de Reggie.

« OK, je vais l'appeler. » Céda-t-il

Il crut voir un sourire sur le visage de son grand frère traduisant sa petite victoire. Ne prenant pas d'importance à ce détail, il se dirigea vers le téléphone, posé sur une petite table ronde, avant de se rappeler qu'il n'avait pas le numéro de la maison d'Aurore. Il savait qu'Aurore avait son numéro fixe mais elle n'avait pas donner le sien. Il regarda sur l'écran de son téléphone s'il n'y avait pas de numéros enregistrés mais malheureusement pour lui, aucun était affiché. Il sentait bizarrement le coup foireux de Reggie...

« Euh... Reggie, tu connaîtrais pas par hasard le numéro de téléphone ? »

Il découvrit un grand sourire sur son visage et comprit qu'il était tombé dans le piège de l'aîné. C'était trop beau pour que cela soit vrai...

« Si. »

Le jeune homme écarquilla ses yeux, s'avança vers lui avant de lui demander de passer le fameux numéro de téléphone. De nouveau le cadet aperçut un rictus s'afficher sur ses lèvres avant de comprendre qu'il savourait l'instant de victoire de son plan foireux.  Reggie, qui était assit sur sa chaise depuis le début de la conversation, se leva et se dirigea vers le petit pot décoratif situant sur la table basse où il plongea sa main à l'intérieur afin de sortir un petit bout de papier.
Surpris, Paul le suivit se doutant bien que le numéro d'Aurore était inscrit sur ce morceau de papier. Il mit en avant son bras afin d'atteindre ce fameux papier mais lorsqu'il le frôla, il le sentit s'en aller.

« Eh Reggie, passe-le moi ! »
« Non, pas avant que tu avoues. »

Paul fronça ses sourcils, tentant de prendre le papier mais il vit son frère lever son bras bien haut rendant l'accès plus difficile. Il vit un petit sourire se faufiler sur le visage de celui-ci et essaya de comprendre comment il était arrivé dans cette situation.

« Que j'avoue quoi ? » Soupira-t-il en s'installant sur le canapé, las.

Le jeune homme avait essayer plusieurs fois de prendre ce fichu papier que Reggie tenait fermement dans sa main mais il comprit qu'il fallait négocier.

« Que tu l'aimes. »

Le concerné rougit violemment, détourna son regard ailleurs, n'osant pas poser ses orbes foncés sur son frère qui devait adoré le voir dans cet état-là. Pourquoi faisait-il cela ? Il ne pouvait pas le laisser tranquille juste un instant ?

« Comment tu l'as eu ? »
« Je lui ai demandé avant qu'elle parte. » Répondit-il

Le jeune homme hocha la tête, avant d'entendre la voix de son frère lui répéter qu'il devait avouer qu'il aimait Aurore. Il sentit son cœur battre à toute vitesse, essayant de comprendre comment son frère avait su pour ses sentiments envers la jeune femme. Il avait pourtant essayer d'être le plus indifférent possible ces derniers temps, comment Reggie avait-il réussit à le cerner aussi facilement ?

« Je n'ai rien à avouer. » Nia-t-il en se levant du canapé.
« Eh, ça ne sert plus à rien de faire semblant. »
« La pizza va cramer si on la laisse encore dans le four. » Changea-t-il de sujet.

Il l'entendit soupirer avant de l'entendre  lui dire que la pizza pouvait bien attendre avant de le voir s'approcher vers lui dans un petit sourire au coin.

« Allez, dis-le. »
« Je n'ai rien à te dire. »

Paul pouvait être têtu quand il le voulait et Reggie semblait ne pas vouloir lâcher l'affaire. Qu'est-ce qu'il pouvait être énervant quand il le voulait, songea Paul en fronçant les sourcils. Il tenta de nouveau de prendre le morceau de papier mais il dû admettre que son grand frère était très rapide tandis qu'il entendit un petit rire sortir de la bouche de ce dernier. Il le vit secouer la fameuse petite feuille où était écrit le fameux numéro devant son visage avant d'essayer de le choper tandis que son frère rigola de nouveau en lui disant qu'il n'aurait pas le papier tant qu'il n'aura pas entendu lui dire qu'il aimait Aurore.

« Reggie, passe-moi ce foutu papier ! »

Dans un élan de motivation, Paul attrapa l’aîné par les épaules avant de se mettre sur les pointes des pieds afin de prendre le papier qui était tout en haut de sa main. Et malgré la douleur à son dos qu'il sentait encore depuis la bagarre, il décida de ne pas céder alors qu'il frôla à peine le morceau de feuille. Pourquoi fallait-il qu'il soit plus petit que Reggie ? Il serra son dos, espérant réussir à lui prendre le numéro de téléphone mais la douleur persista l'obligeant à lâcher un petit gémissement pénible. Reggie ne perdit pas une miette de la scène et s'inquiéta.

« Paul ? Où-est ce que tu as mal ? »

Le jeune homme se recula un peu se son frère avant de devoir être obliger de s'asseoir par ce dernier. Reggie venait de ranger le bout de papier dans sa poche arrière et avait forcé Paul à se poser sur le canapé.

« Ça va, c'est rien. »
« Je ne suis pas dupe, je sais que tu as mal quelque part. » Réagit-il vivement, « C'est à l'épaule ? »

Paul lui répondit que non et lui révéla qu'il avait mal au dos depuis la veille. Reggie fronça les sourcils en lui disant que la bagarre que son petit frère avait fait, avait sans aucun doute affliger la douleur au dos de ce dernier.

« Reggie, je crois qu'il est temps de sortir la pizza. »

Son grand frère ouvrit ses yeux en grand en percutant ce que Paul venait de dire. Il courut, l'air paniqué vers la cuisine où il ouvrit le four en vitesse faisant intensifié l'odeur de cuisson dans la maison.

« Ouf, c'est pas trop cramé ! » Entendit Paul avant de se lever et de rejoindre difficilement la cuisine.

Les deux frères commencèrent à manger leur repas après que l'aîné ait coupé la pizza en plusieurs parts puis ce dernier posa des questions à Paul sur sa douleur au dos, inquiet.
Le cadet soupira et essaya de changer de sujet, il ne voulait pas que son grand frère passe son temps à s'inquiéter pour lui...

« Reggie arrête avec tes questions ! » Soupira-t-il, « En fait, il est où le numéro ? »

Les traits inquiets de Reggie laissèrent place à un grand sourire accompagné d'un regard rempli de malice. Paul déglutit face à cet air qu'il connaissait si bien avant de regretter intérieurement de lui avoir posé la question...

« Ah d'abord il faut que tu m'avoues que tu aimes Aurore. »

Le jeune homme rougit avant de croquer dans sa part de pizza, regrettant une nouvelle fois d'avoir remis le sujet sur le tapis. Il ne sera jamais tranquille, s'exaspéra Paul...

OOOOO
Allongé sur son lit, Paul regarda un texto qu'il venait de recevoir avant de manier son téléphone d'un geste habile afin de répondre à ce fameux message, le sourire aux lèvres.  Il y avait à peine une heure, il avait dû admettre à son grand frère qu'il avait des sentiments pour Aurore. Bon, il n'avait pas dit les mots qu'espérait Reggie tels que « J'aime Aurore » ou bien « Je suis amoureux d'Aurore », mais c'était tout comme. Et Reggie avait comprit qu'il n'aurait pas les fameux mots qu'il voulait entendre et il s'était contenté d'un  « Oui, j'ai des sentiments pour Aurore » et il était tout de même satisfait.
Lorsque le cadet avait eu enfin le numéro, Reggie s'était gentiment moqué de lui, surtout du comportement qu'il avait au téléphone alors que Paul essaya malgré lui de faire dégager son frère ainsi que ses oreilles baladeuses, mais il avait compris que s'acharner sur lui le rendait encore plus collant. Qu'est-ce qu'il pouvait être soûlant, pensa-t-il alors qu'il sentit de nouveau son mobile vibrer sur son matelas.
Aurore avait répondu à la première sonnerie et au son de sa voix, le jeune homme s'était immobilisé avant de répondre quelques secondes plus tard. Au début la conversation il était assez timide, surtout que Paul pensait sans cesse au baiser que la jeune femme lui avait donné. Puis peu à peu, lorsque Paul lui avait demandé si elle allait mieux depuis la veille, ainsi comment se portait le bébé, la conversation était plus détendue et cela avait soulagé le jeune homme d'entendre un petit rire d'Aurore  au creux de son oreille. Il avait su que la jeune femme avait prit un rendez-vous en urgence cet après-midi chez son gynécologue pour voir l'état de son enfant dû au choc qu'elle avait eu et juste avant de raccrocher Aurore lui avait informé qu'elle avait un portable. Il avait profité pour lui demander si elle avait toujours le numéro de Flora avant qu'elle lui répondre un petit « oui », puis après cela il avait enregistrer le numéro de mobile de la jeune femme dans son mobile afin de l'envoyer un message où  était indiqué le numéro de Paul.
De nouveau, son cellulaire vibra, avant d'ouvrir un autre message de la chevelue bleue, où était écrit :

« Le gynécologue m'a examiné, il a dit que le bébé se porte bien. »

À ce texto, il soupira de soulagement. Voulant changer de position, il sentit une nouvelle fois la douleur s'affliger à son dos dans un petit mouvement tandis qu'il grimaça légèrement traduisant qu'il avait mal. Il soupira grassement avant d'entendre son grand frère, qui venait de rentrer dans sa chambre, le prévenant que sa petite amie viendra dans une demi-heure à la maison. Paul hocha simplement la tête avant de sentir de nouveau son téléphone sonner, faisant former un petit sourire sur ses lèvres...

OOOOO

Trois jours plus tard, une semaine avant la fête d' Halloween , Paul reçu un appel inconnu sur son portable pendant sa pause de midi,  faisant légèrement froncé les sourcils, se demandant qui pouvait bien être. Assit à une table de la cafétéria de l'entreprise, il déposa son sandwich qu'il venait tout juste d'entamer puis décrocha, le mobile à son oreille.

« Allô ? »
« Allô Paul, c'est Johanna. »

Le jeune homme se détendit, il se demandait bien pourquoi la mère d'Aurore l'appelait sur son portable. Elle avait eu son numéro de mobile sûrement grâce à sa fille. C'était tout de même bizarre...

« Je vous dérange, peut-être ? »
« Non, pas du tout. »

Paul entendit un petit soupir au creux de son oreille comprenant que Johanna avait effectivement quelque chose à lui dire et que cela semblait important.

« Je dois vous parlez de ma fille. Aurore ne sait pas que je vous appelle. »

Le jeune homme fronça soudainement les sourcils au ton qu'elle avait employé, elle avait l'air plutôt inquiète et Paul lui demanda s'il tout allait bien.

« Pas vraiment... Depuis qu'elle a revu Ludovic, Aurore fait quelques cauchemars et cela m'inquiète. »

Paul lui avoua qu'Aurore avait déjà fait un cauchemar lorsqu'ils étaient encore à l'hôtel il y a plusieurs semaines de cela.

« Pourquoi elle ne m'en a pas parlé ? » Soupira Johanna avant de poursuivre, « J'avais pensé que peut-être vous arriverez à la rassurer ? »

Il écarquilla ses yeux face à cette idée que la mère de la jeune femme avait eu et il semblait gêné à cette demande. Il lui avoua qu'il n'était pas très doué quand il s'agissait de rassurer les gens avant de lâcher un petit soupir nerveux.

« Oh, je pense plutôt que votre présence suffira à calmer ses doutes par rapport à ce qui se passe avec Ludovic. De savoir que vous êtes là pourra certainement apaiser ses mauvais rêves. »

Elle mettait trop d'espoirs en lui, songea-t-il. Mais d'un autre côté, le jeune homme voulait aider Aurore à oublier ce qu'elle a vécu avec Ludovic, à lui donner envie de croire que même après avoir vécu avec un homme violent qu'elle pouvait encore faire de grandes choses et réaliser ses envies.

« Si j'ai bien compris vous voulez que je vienne chez vous pour lui parler ? »
« Oui, entre autres... » Répondit-elle trop évasive « Ça vous dit de manger chez nous ce soir ? »

De nouveau le jeune homme sentit un gêne l'envahir. Il glissa sa main nerveusement dans ses cheveux avant de lui répondre un « d'accord » faisant soulager Johanna.

« Vers vingt-heures, cela vous convient ? »
« Parfait. »

Quelques politesses plus tard, il rangea son téléphone mobile dans la poche de son manteau avant de reprendre sa collation, pensif.

OOOOO

Une odeur de poulet se fit sentir dans la cuisine, devinant qu'Aurore était en train de préparer le repas, alors que le four chauffait à une haute intensité créant une petite chaleur dans la maison.  La jeune femme éplucha les dernières pommes de terres que sa mère avait ramené cette après-midi du marché, debout auprès d'une petite planche en bois où était rempli d'épluchures avant d'entendre la voix de cette dernière retentir dans la cuisine.

« Je vais mettre la table. »

Il était vingt-heures moins le quart, l'heure habituelle où Johanna mettait la table, laissant sa fille finir de préparer le repas. Depuis que cette dernière avait aménagé chez sa mère, elle avait continué à préparer les repas malgré les réticences de Johanna sur le fait que sa fille devait se reposer. Aurore l'avait convaincu que préparer les repas lui faisait oublier Ludovic et que cela la détendait. La jeune femme avait prit l'habitude de faire le déjeuné pour éviter à Reggie de perdre du temps lorsqu'il rentrait de son travail durant sa pause et ainsi profiter son talent culinaire à Paul. Elle avait compris dès le premier plat qu'elle avait fait que ce dernier avait l'air d'adorer ce qu'elle préparait. Un petit sourire se faufila sur ses lèvres en pensant au jeune homme alors qu'elle se demandait quand elle allait le revoir, ne sachant pas encore que sa mère l'avait invité pour le dîner. Elle déposa ses pommes de terres épluchés dans une casserole avant de la remplir d'eau puis alluma la cuisinière à petit feu avant de mettre les épluchures à la poubelle et de nettoyer la table avec une grosse éponge. Lorsqu'elle retira son tablier, elle entendit la sonnerie retentir dans toute la maison la rendant curieuse. Mais qui pouvait bien venir à leur porte à cette heure-là ? Elle vit sa mère se précipité vers la porte d'entrée tandis qu'elle venait de déposer son tablier sur le rebord d'une chaise avant de la suivre.

« Ah, vous arrivez à l'heure. » Entendit-elle

Pourquoi sa mère lui disait cela, on avait un invité ? La jeune femme fronça ses sourcils, sa mère lui aurait prévenu s'il y avait quelqu'un qui viendrait partager leur repas. Elle tourna sa tête vers la salle à manger où elle vit que deux couverts intensifiant sa curiosité sur la personne à qui Johanna parlait. Cette fameuse personne était encore caché derrière la porte à  moitié ouverte, décidant Aurore de s'avancer vers elle avant de s'arrêter brusquement en entendant cette voix familière... Paul ? Mais qu'est-ce qu'il faisait là ?
Le fameux jeune homme entra enfin, dans un geste peu aisé, faisant raté un battement à la chevelue bleue tandis que cette dernière sentit ses joues se chauffer en se rappelant du baiser qu'elle lui avait donné. Elle se rendit compte que Paul la fixait augmentant le rouge à ses joues alors qu'elle s'avança vers lui dans un pas mal assuré. Détournant le regard, elle le salua, ne sachant pas trop quoi faire alors que celui-ci lui répondit à son salut tout en passant sa main froide sur sa nuque tout aussi embarrassé qu'elle. Derrière le jeune homme, Aurore aperçut sa mère mettre son manteau la faisant froncer légèrement ses sourcils.

« Maman , pourquoi te prépares-tu ? »

Elle vit le jeune homme se tourner lui aussi vers Johanna, puis aperçut sur le visage de sa mère un sourire se former doucement avant de l'entendre lui dire qu'elle avait prévu de les laisser entre amis.  Paul et Aurore se tournèrent instinctivement la tête avant de détourner le regard pudiquement, les joues légèrement roses, en comprenant que le dîner était un coup monté.

« Un voisin charmant à voulu que je vienne manger un morceau avec lui. » Sourit-elle de nouveau, « Je vois que malgré mon âge, je plais encore. » Continua-t-elle dans un petit rire.

Aurore sourit à la remarque de sa mère avant de lui dire qu'elle était toujours aussi belle tout en se dirigeant vers elle. Johanna profita pour faire une petite bise à sa fille avant d'échanger un regard complice avec Paul, qui celui-ci était en retrait depuis le début.

« Bon, j'y vais sinon je vais être en retard ! »

Un claquement de porte se fit entendre un peu lourdement avant de faire place à un silence gênant entre Paul et Aurore. Ces derniers osèrent à peine se regarder alors que la jeune femme essaya de reprendre contenance face à cet imprévu. Qui aurait cru que sa mère lui aurait fait un coup pareil ? Elle lâcha un petit soupir avant de rougir de nouveau en comprenant qu'elle n'avait pas encore proposé à son invité de retirer son manteau.

« Oh tu peux déposer ton manteau sur une chaise du salon. »

Le jeune homme qui observait le lieu, posa ses orbes noirs sur la jeune femme avant d’acquiescer et d'ouvrir la fermeture de son parka vert kaki afin de l'enlever. Aurore lui prévint que le repas sera bientôt prêt alors que celui-ci venait de mettre le manteau sur l'une des chaises de la table où ils allaient bientôt s'installer pour dîner.
Aurore qui venait de fermer le four où elle avait vérifié la cuisson du poulet, soupira encore mal-à-l'aise par la présence imprévue du jeune homme. Pourquoi se sentait-elle aussi gênée ? Alors qu'elle venait de voir si les pommes de terres étaient bien chauffées, elle toucha doucement ses lèvres à l'aide de son index, ressentant encore la sensation de la bouche du jeune homme contre la sienne. Qu'est-ce qui l'avait prit de l'avoir embrassé ? Et malgré cela, elle n'arrivait pas à avoir des remords à ce geste osé. Elle s'était reconnue depuis quelques semaines qu'elle aimait Paul. Au début, elle avait nié ses sentiments envers le jeune homme mais lorsqu'elle devait revenir chez sa mère, elle avait comprit qu'elle ne pouvait plus se les cacher. Et son amour pour le jeune homme avait intensifié brutalement lorsqu'ils étaient revu quelques jours auparavant...
Le fait de le revoir après deux longues semaines d'absence, cela lui avait fait comprendre qu'elle ne pouvait plus faire face aux sentiments qu'elle ressentait envers lui. La bagarre qu'elle avait dû assisté malgré elle, la faisait avouer intérieurement qu'elle tenait énormément à Paul. Elle avait eu très peur que Ludovic lui frappe jusqu'à l'épuisement, jusqu'à ce que Paul ne puisse plus faire quoique ce soit... Et c''était presque le cas. Elle soupira grassement, essayant d'effacer ce mauvais souvenir à sa mémoire tandis qu'elle éteignit la cuisinière.

Elle sentit une présence derrière elle, la faisant tourner vers l'entrée de la cuisine où Paul l'observait silencieusement.

« Euh... j'ai préparé du poulet et des pommes de terres. » Informa-t-elle, « Dans quelques minutes ça sera prêt. »

Aurore le vit acquiescer simplement avant de voir ses lèvres remuées dans un petit son.

« Sinon... ça va ? »

La jeune femme lui répondit un petit « oui » tout en évitant de croiser le regard de Paul, mettant sa main sur son ventre arrondi, qui était devenu un geste habituel. Elle ne voulait pas lui dire qu'elle recommençait à faire des cauchemars, elle ne souhaitait pas le voir inquiet.

« Et toi ? Ça se passe bien à ton travail ? »
« Ouais. J'ai hâte d'être dans deux semaines pour savoir si je suis engagé. »

Elle acquiesça face aux propos de Paul tout en lui rassurant qu'il allait avoir son embauche officiellement, avant d'entendre un petit gargouillement et de voir le jeune homme rougit face à ce bruit.

« Ah, tu as faim. » Remarqua-t-elle en souriant, « Installe-toi, je vais sortir les plats. »
« Euh... Avant j'aurai bien voulu aller aux toilettes. » Répondit-il, embarrassé.

La jeune femme sortit de la cuisine avec son invité, montra avec son index, le bras tendu vers un petit coin discret du rez-de-chaussé.

« Là, c'est les toilettes.  »

Elle vit le jeune homme se diriger vers le lieu indiqué avant de retourner dans la cuisine où elle prit ses gants de protection afin de sortir le gros plat du four et de le mettre sur un grand dessous-de-plat. Après cela, elle sortit un autre plat, moins gros, de son placard afin de mettre les morceaux de poulet qu'elle avait déjà coupé avant la cuisson puis les arrosa de sauce. Elle mit ensuite les pommes de terres autour des morceaux de poulet puis apporta le plat sur la table où elle vit Paul s'asseoir sur sa chaise. Elle s'installa à son tour, devant lui silencieusement puis se proposa pour servir.

« Tu étais au courant pour... pour le dîner ? »
« Ouais... » Souffla-t-il avant de poursuivre, « Enfin, je ne savais pas que ta mère nous laisserait...seuls. »

Les deux attablés avaient enfin leurs assiettes remplies et se souhaitèrent un bon appétit avant d'entamer leurs premières bouchées. Aurore se rendait compte que c'était la première fois que Paul venait chez elle. Celle-ci l'observa discrètement avant de comprendre qu'elle ne faisait que de guetter ses faits et gestes... Elle soupira discrètement se pestant intérieurement contre son regard qui avait décidé de se bloquer sur le jeune homme. C'est que mine de rien, Paul était un beau garçon...

« Ah. Elle t'a appelé comme ça, pour t'inviter ? »

Elle sentit son regard brûlé sur sa peau, rougit en apercevant qu'elle lui passait une sorte d'interrogation et mordilla sa lèvre en détournant ses orbes bleus sur son assiette. Si cela continu comme cela, il allait croire qu'elle ne voulait pas le revoir...

« Ouais, si on veut. »

Comment cela « si on veut » ? Qu'est-ce qu'il lui cachait ? Aurore fronça ses sourcils en se demandant de quoi sa mère pouvait lui avoir dit. Elle le vit prendre un morceau du poulet et mâcher rapidement avant d'entendre de nouveau sa voix grave.

« C'est que... elle s'inquiète pour toi. »

Le léger froncement de sourcils laissa place à des yeux écarquillés traduisant l'étonnement de la jeune femme. Elle lui demanda sobrement de quoi sa mère avait-elle pu lui dire sur elle avant de l'entendre soupirer doucement.

« Elle m'a fait part de son inquiétude sur les cauchemars que tu fais. »

La jeune femme passa sa main sur son front, dégageant au passage sa franche récemment refaite tout en lâchant un soupir gras. Sa mère s'inquiétait trop...

« Il ne faut pas qu'elle s'inquiète autant... » Souffla-t-elle
« Mais moi aussi je m'inquiète pour toi. » Entendit-elle, faisant poser ses orbes bleus sur le jeune homme.

Elle le vit baisser timidement son regard sur son assiette et prendre une nouvelle bouchée de pommes de terres. Elle sourit tendrement face à la timidité du jeune homme, sentant malgré elle les battements rapides de son organe vital face à ces mots.

« Ça va aller, ce n'est que passager. » Essaya-t-elle de le convaincre.

Les mots qu'elle venait de prononcer n'avaient pas l'air d'être si bien convainquant puisque même Aurore avait dû mal à se persuader. Elle vit le jeune homme froncer ses sourcils épais, avant de l'entendre lui dire qu'il ne pensait pas que cela n'était que passager.

« Paul... » Souffla-t-elle, déjà las de cette conversation « Je ne veux plus qu'on en parle. »

Un bruit de couverts se fit résonner doucement dans le silence pesant. Les deux attablés n'osèrent pas se reparler de peur d'intensifier cette atmosphère étrange et lourde qui s'était crée juste après les mots de la jeune femme. Cette dernière entendit le jeune homme soupirer l'obligeant à poser son regard sur lui tandis qu'elle avala difficilement sa petite bouchée de poulet.

« Les cauchemars sont revenus depuis la bagarre, n'est-ce pas ? »

Il n'allait pas lâcher l'affaire, pensa Aurore alors qu'elle posa ses couverts sur la table tout en soupirant discrètement. Bien, autant lui répondre à sa question, peut-être que le sujet sera définitivement clos.

« Oui. »

Aurore avait eu du mal à répondre à cette simple question. Sa voix s'était bloquée dans sa gorge lorsqu'elle avait compris que Paul ne la laisserai pas tranquille avec ses cauchemars. Elle le vit boire son eau à son verre qu'elle avait versé au début du repas avant d'apercevoir sa bouche s'ouvrir de nouveau, comprenant qu'il allait parler.

« Tu veux peut-être m'en parler ? »

Quoi ? Il lui proposait qu'elle lui raconte ses mauvais rêves ? Elle lui avait dit à l'instant qu'elle ne voulait plus parler de ce sujet, pourquoi insistait-il ? Elle détourna le regard, sentant de nouveau son pouls s’accélérer traduisant son angoisse. La jeune femme se remémora les débris de ses rêves avant de passer sa main sur son visage étrangement pâle.
Paul perçut le malaise qui régnait depuis peu et demanda à la jeune femme si tout allait bien. Lorsqu'il vit son visage qui était trop pâle à son goût, il décida de se lever et de s'approcher d'elle. Cette dernière entendit la voix inquiète du jeune homme ainsi que ses pas avant d'oser de le regarder en face.

« Faut que tu bois de l'eau, tu ne m'as pas l'air bien. » Se soucia-t-il en prenant la bouteille d'eau qui se trouvait à côté de l'assiette d'Aurore.

La jeune femme acquiesça sans dire mot avant de le voir verser le liquide et lui apporter le verre. Elle le prit délicatement avant de boire de petites gorgées son eau froide et de remercier Paul pour lui avoir servit.  

« Je crois que je n'ai plus faim. »

Une envie de se lever la prit avant d'exécuter son envie son le regard inquiet de son invité.

« Je crois que c'est préférable que tu restes assit. Tu es encore un peu pâlotte. »
« J'ai besoin de marcher, de bouger un peu. »

Elle entendit de nouveau un soupir de la part du jeune homme l'obligeant à poser ses orbes bleus sur lui. Ce dernier venait de passer sa main sur sa nuque, le regard baissé, comme s'il était un peu perdu. Elle détourna son regard, comprenant que Paul avait essayé d'être le plus à l'aise possible auprès d'elle. Elle mordilla l'intérieur de sa joue, se sentant fautive du comportement du jeune homme. Ce dernier était là, parce qu'il s'inquiétait pour elle, pour essayer de l'aider et elle ne faisait rien pour simplifier les choses. Elle commença à empiler les assiettes sales, où celui de Paul était vide, faisant malgré elle, étirer doucement ses lèvres en un petit sourire, remarquant que le jeune homme aimait toujours autant sa cuisine.

« Je vais t'aider. »

La jeune femme ne répondit rien, laissant son invité lui donner son aide, avant de partir en direction de la cuisine, les assiettes sales entre ses mains. Lorsqu'elle revint dans la salle à manger, suivit du jeune homme qui avait déposé les couverts dans l'évier auprès des assiettes, elle ressentit un petit vertige le submerger. Elle sentit les grandes mains de Paul de chaque côté de ses épaules avant de voir son visage inquiet en face du sien.  Elle repensa soudainement à ces cauchemars qui l'empêchaient de dormir tranquillement ses nuits avant qu'une forte émotion l'envahit de tout son corps, faisant pour la même occasion menacer ses yeux de couler de larmes.

« Aurore ? »

Elle attrapa de ses mains délicates le creux des bras du chevelu violet avant de finalement  les mettre contre le torse musclé du jeune homme laissant un flot de larmes décaniller de ses yeux, dégoulinant sur ses joues rebondies.

« À chaque fois que je ferme les yeux, je... je... »

Une remontée de larmes lui empêchait de parler calmement et lui rendait la situation plus difficile encore. Le jeune homme lui demanda de respirer un bon coup d'une voix douce. Elle obéit tout en essayant de se calmer mais ses larmes s'échappèrent de nouveau, faisant serrer encore plus ses petites mains contre le vêtement de Paul.

« Je pense constamment à cette bagarre. Chaque nuit je te revois avec Ludovic en train de vous battre. »

Aurore l'entendit soupirer doucement alors qu'elle tenta de nouveau de souffler pour reprendre sa respiration. Son rythme cardiaque s'était sauvagement accélérer lors de sa crise de larmes et cela l'avait encore plus affaiblit qu'à l'instant.

« A chaque rêve, la fin n'est jamais la même, sauf... sauf que... »

Elle raconta difficilement à cause d'une nouvelle crise. La jeune femme sentit les bras du jeune homme se serrer un peu plus sur son corps frêle avant de décider de reparler.

« Tu es à terre et tu ne lèves pas. » Murmura-t-elle, « Et je cris ton nom, j'essaie de te faire réagir, mais tu ne bouges plus... »

Quelques fines larmes roulèrent sur les joues d'Aurore avant que cette dernière sentit le torse de Paul se coller contre son corps, les bras autour de ses hanches. Elle le serra aussi fort qu'elle le pouvait n'osant plus se détacher de lui.

« Je suis là Aurore. Je suis encore là. »

Elle enfouit sa tête au creux du cou du jeune homme, profitant de la chaleur que pouvait émettre son corps contre le sien. Elle se sentait tellement bien dans ses bras... C'était si chaud, si bon. Elle humidifia légèrement le haut de Paul à cause de ses joues mouillées avant d'entendre de nouveau la voix du jeune homme retentir dans la pièce lui révélant qu'il sera toujours là pour elle...

______________________________________________________
"Oohfemmeluxieuse, parce que la faute d'orthographe est un art dans les écorchures des mots..."






Like a Star @ heaven J'écris parce que j'en ai envie. J'écris parce que je crois que n'ai plus le choix.
C'est une addiction qu'on prend plaisir à goûter de plus en plus jusqu'à atteindre l'overdose...Like a Star @ heaven 





" L'admiration que je vois dans ton regard est une force qui m'est obsessionnelle, c'est quelque chose qui me rend fidèle, qui me rend faible..."



PikaPotter ! ^^


Dernière édition par Oohfemmeluxieuse le Jeu 22 Mai - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pikOoups-smile.skyrock.com
natsu dragneel


avatar

Aucun Avertissement

Masculin Nombre de messages : 2011
Age : 26
Film Pokémon préféré : Le pouvoir est en toi
Pokémon(s) préféré(s) : aligatueur, mélodelfe nymphali et mentali
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : argent
Date d'inscription : 18/11/2011

MessageSujet: Re: ~ La chambre d'à côté ~   Mer 21 Mai - 23:37

Reggie et Johanna qui essayent de rapprocher Aurore et Paul à tout prix quitte à être lourd ça permet d'avoir un effet comique à ce chapitre
Le coup du rêve c'était bien vu je ne m'y attendais pas
Ouf Aurore ne semble pas avoir de regrets pour le baiser
Vivement la suite  Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
ashandmistylove


avatar

Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 26
Film Pokémon préféré : euh... je sais pas
Pokémon(s) préféré(s) : eeve's, ponyta, galopa, locklass, suiciune, azuril, delcaty, millobellus et quasiment tout les pokémons glace
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : diamant et explorateur du ciel pokemon version blanche 2
Date d'inscription : 27/01/2012

MessageSujet: Re: ~ La chambre d'à côté ~   Sam 24 Mai - 20:43

Coucou bichette ouf j ai enfin rattrapper mon enorme retard bon vu mon retard je vais aller au plus simple sinon mon comm va prendre toute la journee lol enfin bref revenons a ta fic qui est genial
- j ai adorer la periode ou Aurore etait chez les freres
J aime beaucoup la mere et la soeur de ses derniers
Au depart leur pere je ne l aimait pas du tout mais il a changer et grace a lui Aurore est rester chez sa mere et Paul est sauf
Pourquoi Ludovic a mis tant de temps a chercher Aurore a moins qui l a pas trouver immediatement?
Le pere et le fils un debut de reconcilliation? Bien
Le baiser ENFIN!!!!!!
Allez bientot le couple!!!!!
Le cauchemard touchant de voir Paul qui essaye de calmer Aurore.
J espere que le bebe sera une fille et que Paul la reconnaiteras et sera son pere
Sinon hate a mardi pour voir la suite !!!!
Question: Combien reste t il de chapitre???
LA SUIIITTTEEE VITE JE VAIS PAS TENIR!!!!!! Lol
Revenir en haut Aller en bas
Oohfemmeluxieuse
Gagnante du concours de fics
Gagnante du concours de fics
avatar

Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 2883
Age : 24
Date d'inscription : 21/04/2011

MessageSujet: Re: ~ La chambre d'à côté ~   Mar 27 Mai - 9:59

Salut ! Merci pour vos commentaires ! Pour te répondre, il reste trois chapitres. Smile Cette suite est plus courte que la précédente. Bonne lecture.

Chapitre XXI :

Devant le distributeur de boissons chaudes, Paul venait de sortir son gobelet blanc de la machine qui contenait du liquide foncé où dégageait une odeur de café. Il mit délicatement le verre en plastique à ses lèvres après avoir soufflé doucement au-dessus, faisant dégager la petite fumée qui y flottait. Le jeune homme avait terminé son essaie depuis un mois et le patron de l'entreprise avait été ravi de son travail et c'était heureux que Paul avait appris qu'il était officiellement embauché. À cette nouvelle il avait appelé son grand frère puis Aurore et ils avaient décidé de fêter cela dans un petit restaurant, le soir même de l'annonce. C'était l'occasion pour Aurore de revoir Reggie et Mélina qui avaient été étonné de la voir avec un ventre aussi rond. Le temps avait passé à une vitesse incroyable et Aurore était arrivée en fin de son quatrième mois. Paul souffla de nouveau sur son café à moitié plein avant de reprendre une petite gorgée, laissant place à un de ses collègues qui s'avançait vers la machine. Il n'avait plus entendu un quelconque retour de Ludovic depuis la fameuse bagarre il y a deux mois. Moins il pensait à lui, mieux il se portait, songea le jeune homme en espérant que Ludovic ne reviendrait plus embêter Aurore.
Il sentit son portable vibré dans sa poche de son pantalon l'obligeant à le sortir rapidement. Il mit le cellulaire à son oreille dans un petit sourire en sachant qui était au bout du fil.

« Salut Aurore. »

Il entendit au creux de son oreille la voix joyeuse de la jeune femme avant d'écarquillés ses yeux face à la nouvelle qu'elle venait de lui annoncer.

« Une... une fille ! » Répéta-t-il bêtement, encore surpris « Toutes mes félicitations. »

Il venait de savoir que la jeune femme venait de sortir du gynécologue avec sa mère et que le spécialiste avait indiqué qu'il pouvait désormais reconnaître le sexe de l'enfant.

« Merci ! Ma mère est encore plus euphorique que moi. » Déclara-t-elle dans un rire.

Un sourire étira les lèvres de Paul, imaginant la mère et la fille dans un état de joie extrême. Il jeta le gobelet, où il venait de boire la dernière gorgée de son café, dans une petite poubelle à côté du distributeur avant d'entendre la voix fluette à son oreille.

« Tu fini ton taf à quelle heure ? »

Le jeune homme regarda la pendule accrochée au mur à côté de lui qui indiquait seize heures avant de répondre à Aurore qu'il terminerait son travail dans une heure.

« Ça t’intéresserait de venir avec moi, acheter un berceau ? »
« Euh, si tu veux. Tu ne fais pas les achats avec ta mère ? »
« C'est que... Je crois que j'ai encore envie de te voir. »

Le jeune homme déglutit difficilement sachant parfaitement ce que cela signifiait. Aurore avait des envies subites de le voir et parfois elle l'appelait en pleine nuit ayant un besoin de lui parler. Cette situation faisait rire plus d'un, surtout Reggie qui n'arrêtait pas de le taquiner sur ce sujet-là en lui disant que c'était un caprice de femme enceinte. Il avait revu la jeune femme la veille jusqu'à tard le soir devant chez elle, à parler de tout et de rien. Il soupira dans un petit sourire en lui répondant qu'il voulait bien aller avec elle acheter le fameux berceau.

« Ah super ! Ma mère va me déposer devant ton taf. »
« D'accord. »

Après quelques paroles échangées, il rangea son portable dans sa poche droite de son pantalon avant d'apercevoir qu'il avait fini sa pause.

OOOOO

Dans le parking d'un magasin concernant les bébés, Paul et Aurore venaient de sortir du véhicule, se dirigèrent vers les portes automatiques, le chevelu bleu tenant le bras du jeune homme.

« Depuis le temps que je voulais savoir ! Je suis contente d'avoir une petite fille. »

Au fond de lui, Paul était ravi qu'Aurore puisse avoir une fille. Bizarrement il ne l'a voyait pas élever un garçon... Les portes automatiques s'ouvrirent faisant interrompre les pensées du jeune homme alors qu'il vit Aurore avec un regard illuminé face aux divers articles pour bébé. Il pressentait qu'il allait rester longtemps dans ce magasin songea-t-il en soupirant avant de sentir la main de la jeune femme dans la sienne, se laissant embarquer dans les rayons aussi vite que la lumière. Quelques minutes à peine, ils étaient arrivés au rayon des berceaux avec un caddy.

« Oh regarde celui-là, il est pas mal. » Jugea Aurore en montrant un modèle de berceau.

Paul haussa ses épaules, ne sachant pas quoi dire à la jeune femme. Il la vit soupirer doucement le sourire aux lèvres avant de l'entendre lui dire qu'il pourrait l'aider à choisir.

« C'est peut-être trop...rose ? » Osa-t-il révéler son avis.

Effectivement, le fameux berceau qu'Aurore venait de montrer au jeune homme était de couleur fuchsia doté de barreaux fins paraissant solides mais qui ne convainquait pas Paul. En peu de temps le berceau serait peut-être en mauvais état, autant prendre un autre berceau où la sécurité de l'enfant était primordiale.

« Ouais, tu as raison. Et pourquoi pas celui-là ? »

Paul soupira discrètement avant de former un petit sourire moqueur sur ses lèvres. Elle allait lui proposer tous les berceaux, c'est cela ? Il lui répondit qu'il était assez cher, obligeant la jeune femme de jeter un œil sur le prix. Il la vit blanchir légèrement à la vue du prix avant de l'entendre qu'elle ne prendrait pas ce berceau faisant agrandir le sourire de Paul.

« Ah, celui-là ! Il est bien ce berceau. »

Aurore tourna autour du fameux berceau, regarda le prix qui la faisait sourire, que Paul remarqua. Celui-ci comprit que le prix de ce berceau était dans les moyens de la jeune femme et décida de s'avancer vers elle afin d'observer plus en détail l'article. Il avait l'air correct songea Paul avant d'entendre Aurore lui dire qu'elle voyait bien son enfant dans ce berceau.

« Bien. Je crois que tu as trouvé ce que tu cherchais. »

Aurore regarda les paquets cartonnés des articles afin de prendre celui qui correspondait au modèle qu'elle avait choisi. Lorsqu'elle voulut se baisser pour dégager le pack des autres, elle s'arrêta dans son élan avant de relever sous le regard inquiet de Paul. Ce dernier lui avertit de ne pas se forcer alors qu'il prit le gros paquet entre ses bras et de mettre dans le caddy.

Ils arpentèrent les rayons où Aurore s'arrêtait à chaque nouvel article faisant rappeler à Paul à quel point il n'aimait pas vagabonder dans les rayons sans avoir vraiment de but. Maintenant que le berceau était choisi, pourquoi devaient-ils encore rester dans le magasin ?

« Faudra bientôt que j'achète une poussette... »

Paul qui était à quelques mètres d'elle, s'avança vers la fameuse poussette où il vit la jeune femme d'un regard songeur. Elle avait l'air d'être dans une réflexion et Paul n'osa pas la déranger. Il regarda l'étiquette où était inscrit le prix de la fameuse poussette avant de comprendre qu'Aurore ne pouvait pas se permettre de tout acheter maintenant.

« Tu as encore le temps. »

La jeune femme posa ses orbes bleus sur lui avant d'acquiescer en souriant. Ils reprirent leur chemin à travers les rayons tandis qu'une question perturba le jeune homme, le faisant perdre dans ses pensées. Il tourna sa tête vers la jeune femme où cette dernière observa les divers articles pour bébés avec le sourire aux lèvres avant d'oser lui poser cette fameuse question qui lui trottait dans la tête depuis quelques instants.

« Je voulais savoir... » Commença-t-il prenant toute l'attention d'Aurore, « Tu as déjà choisi un prénom ? »

Le jeune homme vit le sourire d'Aurore s'agrandir avant d'entendre qu'elle avait quelques idées mais qu'elle ne savait pas encore lequel choisir.

« Peut-être Clémentine... » Commença-t-elle avant de regarder un autre article, « Ou bien Marina ? »

Paul comprit qu'elle ne savait pas quelle prénom elle voulait donner à son enfant et sourit en la voyant encore douter sur ces choix.

« Et pourquoi pas Paula ? »

Le jeune homme écarquilla ses yeux tout en s'arrêtant faisant rire la jeune femme. Cette dernière lui dit que c'était un joli prénom.

« Qua-quoi ? Mais, non ! »

Aurore rigola de nouveau, en lui disant qu'elle mettrait ce prénom au coin de sa tête. Paul soupira, mais c'était quoi ce prénom ridicule ? En plus il était moche et... Et c'était le féminin de son prénom. Même s'il y avait aussi le prénom Paule qui était la version féminin du nom qu'il portait. Heureusement qu'elle n'avait pas suggéré cette dernière proposition pensa le jeune homme dans un soupir.

« Et Lola ? C'est joli non ? »

Tout ce qu'elle voulait sauf Paula songea-t-il d'un air désespéré. Il lui avoua qu'il préférait ce prénom que les autres propositions.

« Ah c'est vrai ? J'avais demandé à ma mère ce qu'elle en pensait, elle le trouve trop simple... »

Trop simple ? C'était mieux qu'un nom de fruit tel que Clémentine... C'est mieux qu'un nom compliqué pensa Paul, alors qu'il leva exagérément ses yeux en l'air, faisant comprendre à la jeune femme que sa mère pouvait avoir des goûts difficiles. Aurore rit doucement avant de s'arrêter de nouveau devant une étagère d'un rayon où il y avait des petites peluches.

« Il te ressemble. » Déclara-t-elle en montrant un petit ourson avec des cheveux violets doté des yeux noirs.
« Très drôle. » Réagit-il ironiquement.
« Mais si ! Regarde, il a des yeux noirs comme toi et les mêmes cheveux ! »

Paul jaugea la petite peluche de couleur violet pâle vêtu de vêtements noir miniaturisés avec des mèches de cheveux violets qui partaient un peu dans tous les sens. Il ne voyait pas en quoi il ressemblait à cet ourson chevelu.

« Je crois que tu commences à délirer. Il n'y aucune ressemblance. »

Il l'entendit rire le faisant soupirer avant de l'entendre qu'elle allait le prendre. Il écarquilla de nouveau ses yeux comprenant qu'elle allait acheter une peluche juste parce que cela la faisait penser à lui. Il détourna pudiquement le regard en comprenant sa pensée avant de la voir déposer la peluche dans le caddy.

« Je dirais à ma fille que la peluche se nomme Paul. » Taquina-t-elle faisant rougir légèrement le concerné.

Le jeune homme leva de nouveau ses yeux vers le plafond en soupirant, où il vit les décorations, lui rappelant que Noël approchait à grand pas. Il reposa son regard sur la jeune femme qui contempla de nouveaux d'autres peluches, qu'est-ce qu'il pourrait bien lui offrir ? Il grogna légèrement enfonçant sa main dans une poche de son manteau, l'autre guidant le chariot.

OOOOO

Dans la chambre provisoire du bébé, Paul était en train de monter le fameux berceau auprès d'une boîte à outils. Au centre de la pièce, Aurore était debout auprès de lui, où elle lisait attentivement la notice. Ce n'était pas compliqué de monter un berceau mais il fallait tout vérifier sur la notice si tout se passait bien. La jeune femme observa Paul finir le montage avant de le voir poser un outil dans la boîte métallique et de se lever complètement, frôlant au passage ses quelques mèches sur le visage d'Aurore, rendant compte aux deux personnes qu'elles étaient très proches. Un gêne collectif se fit sentir avant que la jeune femme le vit rougir discrètement et de reculer doucement détournant son regard sur le berceau. Elle suivit son regard avant de l'entendre parler doucement faisant reposer ses deux orbes clairs sur lui.

« L'autre fois quand tu m'as dit que tu aurais voulu que je sois le père de ton enfant... »

Aurore l'écouta attentivement, sentant son cœur battre d'une cadence rapide à ce souvenir datant de deux mois auparavant juste après la bagarre entre Ludovic et Paul, tandis qu'elle vit ce dernier chercher ses mots.

« Est-ce que tu étais vraiment sincère ou c'était sous le choc ? » Finit-il, osant à peine relever ses yeux vers Aurore.

Elle frotta son bras qui longeait son corps à l'aide de son autre main, un peu mal-à-l'aise face à la question du jeune homme alors qu'elle le détailla intensément. Malgré la nuit qui tombait rapidement rendant la pièce un peu sombre, elle aperçut son visage se baisser légèrement ainsi que son regard perdu qui espérait chercher la réponse autour de lui dans cette chambre d'enfant. Ses cheveux violets étaient rassemblés en une habituelle queue de cheval basse faisant allonger le visage de Paul. Aurore s'approcha de lui, prit sa main chaude sous le regard surpris du jeune homme avant de la déposer sur son ventre.

« Est-ce que tu la sens vivre ? »

Paul croisa le regard de la jeune femme avant de baisser ses orbes noirs sur le ventre arrondi où sa main était posée. Il acquiesça dans un petit sourire lorsqu'il entendit la voix douce d'Aurore retentir dans la pièce.

« Bien sûr que j'étais sincère. »

Elle comprit au petit soupir de soulagement qui sortit de la bouche du jeune homme qu'il était rassuré et sourit en pensant que ce dernier n'avait pas l'air d'être contrarié par le fait qu'elle lui avait révélé qu'elle voulait qu'il soit père. Après tout, il aurait pu mal le prendre et lui dire qu'il ne voudrait jamais remplacer la place de Ludovic qui était censé être le père de l'enfant qu'elle portait. Aurore s'approcha un peu plus du jeune homme qui lui avait informé qu'il l'avait senti bouger. La jeune femme sourit en voyant son air d'innocence s'afficher sur son visage avant d'acquiescer doucement alors que leurs regards se croisèrent une nouvelle fois, s'accrochant cette fois-ci à cette étincelle qu'elle découvrit dans les orbes intenses de Paul. Elle n'osa pas détourner le regard de peur de ne plus revoir cette lumière qui brillait dans ces yeux, comprenant que c'était une lueur de bonheur.

« Paul... » Murmura-t-elle

Le concerné, hypnotisé par il ne savait quoi, fut obligé de fixer ces yeux bleus que la nuit rendait des petits reflets avant de comprendre qu'elle s'approcha dangereusement vers lui. Aurore sentit sa pulsation cardiaque s'accélérer ainsi que ses mains devenir légèrement moites.

« Je crois que j'ai envie de t'embrasser. » Avoua-t-elle dans un petit rire nerveux.

Le jeune homme écarquilla ses yeux à cette révélation alors qu'il pencha sa tête au-dessus de la sienne dans un petit soupir de gêne. Aurore sentit son souffle chaud sur ses lèvres, appréhendant ce futur baiser qui la donnait de plus en plus envie de goûter alors que les lèvres de Paul frôlèrent aux siennes dans un brûlant contact. Un grincement de porte interrompit l'instant magique où la lumière éclaira subitement la chambre du futur bébé, les éloignant par la même occasion l'un de l'autre, le rouge qui montait à leurs joues.

C'était Johanna qui venait d'entrer dans la chambre, voulant voir l'avancer du montage du berceau.

« Ah, vous avez déjà fini ! »

Le jeune homme racla la gorge avant d'affirmer à la question posée alors qu'Aurore détourna le regard, encore gênée par ce qui venait de se passer. Pourquoi il a fallu que sa mère intervienne à ce moment-là ? Ne pouvait-elle pas venir plus tard ? Elle soupira discrètement après un mordillement de lèvre, sentant encore la chaleur qu’émettait le souffle du jeune homme à ses lèvres.

« Je vais commencer à préparer le dîner. » Informa Johanna avant de tourner vers Paul tout en continuant, « Voulez-vous nous joindre à notre table ? »

Le jeune homme posa son regard à peine quelques secondes sur Aurore avant de le diriger vers la mère de cette dernière, déclinant l'invitation. Après un acquiescement, Johanna sortit de la chambre provisoire du bébé tout en fermant la porte.

Un silence embarrassant s'installa dans la pièce, réalisant à Paul et à Aurore qu'ils avaient failli s'embrasser. La jeune femme regarda Paul, avança un peu vers lui avant de s'arrêter à moins d'un mètre, n'osant pas s'approcher plus.

« Il commence à faire tard, je crois que je vais rentrer. »
« Oui. » Réagit Aurore un peu trop rapidement.

Il était déjà dix-neuf heures et quart, le temps semblait passé vite pour les deux amis alors que Paul se dirigea lentement vers la jeune femme. Cette dernière qui avait baissé son regard vers le sol, perdu dans ses pensées, ne vit pas Paul s'approcher dangereusement vers ses lèvres qui semblaient irrésistibles pour le jeune homme...

Au moment où elle remonta son regard vers Paul, elle rougit violemment à la vue de leur proximité alors qu'elle sentit les deux mains douces du jeune homme se poser délicatement sur ses joues l'obligeant à relever un peu sa tête vers le sien. De nouveau le souffle chaud s'installa sur les lèvres encore humides de la jeune femme avant de sentir les siennes doucement dans un mouvement lascif, augmentant involontairement son rythme cardiaque. Après avoir savouré ce toucher suave sur sa bouche, elle répondit peu à peu à son baiser dans un petit bruit étouffé qui semblait traduire un sentiment appréciable. Elle en voulait plus, elle en voulait encore... Aurore tenta de durer cet échange délicat avant de comprendre que la langue du jeune homme cassa l'accès de ses lèvres, se mélangeant avec la sienne dans un combat charnel. Aurore sentit une chaleur lui monter dans tout son corps avant de mettre ses petites mains sur celle du jeune homme puis les déplaçant doucement jusqu'à agripper la nuque de Paul. Son estomac se contracta durement depuis ce début d'embrassade, elle avait l'impression qu'elle allait s'écrouler d'une seconde à l'autre tellement elle se sentait captive par la bouche du jeune homme...
Sa respiration s'emballa de plus en plus en sentant de nouveau la langue de Paul s'entrechoquer contre la sienne avant de comprendre qu'elle n'avait presque plus de souffle l'obligeant à se décoller, d'un air désolant. Front contre front, Aurore et Paul se regardèrent dans les yeux lisant le même désir dans le regard alors que leur respiration se fit entendre dans le silence de la chambre.

Dans un petit sourire, Aurore lui avoua qu'elle avait adoré ce baiser faisant malgré elle rougir le jeune homme. Elle le trouvait mignon à rougir pour ces petits détails et ne put s'empêcher de repenser à cet échange qu'ils venaient de faire...

« Paul, je crois qu'il est préférable d'attendre la naissance du bébé avant de conclure quoique ce soit... »

Elle sentit le front du jeune homme se retirer du sien puis observa ce dernier qui venait de froncer ses sourcils.

« Comment ça ? »

Aurore avait peut-être mal expliqué ce qu'elle voulait dire... Elle s'approcha de lui, ne voulant pas gâcher cet instant serein qui s'était installé après leur baiser.

« Ce que je voulais dire, c'est que j'aimerai attendre la naissance de ma fille avant d'aller plus loin avec toi. » Expliqua-t-elle le cœur battant à la chamade, les joues rosées.

Elle vit le froncement de sourcils de Paul disparaître avant d'entendre un petit soupir de ce dernier.

« Si tu ne veux pas que... »

Il s'interrompit, cherchant les bons mots, détourna le regard tout en passant sa main sur sa nuque. Il souffla discrètement avant de reprendre la parole sous le regard interrogatif de la jeune femme.

« Si tu penses que ça ne vaut pas la peine qu'on soit... qu'on soit ensemble, dis-le moi. »

La jeune femme écarquilla ses yeux, choqué par les mots de Paul. Aurore ne voulait pas tout gâcher juste à cause de son manque de confiance en elle. Elle ne voulait pas qu'il croit que ce baiser était juste un caprice, une envie de passage.

« Non. » Lâcha-t-elle soudainement.

Paul fronça les sourcils ne comprenant pas vraiment ce que ce « non » signifiait. La jeune femme soupira grassement avant de lui révéler qu'elle ne voulait pas gâcher ce qui venait de se passer entre eux, rendant le visage de Paul plus décontracté.

« Je crois que j'ai un peu peur. »

La jeune femme passa sa main sur son visage, ayant l'impression d'être complètement faible face à Paul avant de sentir les bras de celui-ci entourer sa taille. Aurore sourit tendrement à ce geste et répondit à cette étreinte. Elle su que Paul comprenait ce qu'elle sous-entendait à travers les mots qu'elle avait prononcé. Elle n'était pas encore prête pour s'engager totalement dans une relation avec un homme, surtout après ce qu'elle avait vécu auprès son ex-fiancé.

« Alors j'attendrais. » Entendit-elle, faisant battre de nouveau son organe vital d'une cadence rapide.

Et c'était dans une étreinte chaleureuse que Paul décida de rentrer chez lui, alors qu'Aurore lui fit une petite bise habituelle faisant toujours autant d'effet au jeune homme.


______________________________________________________
"Oohfemmeluxieuse, parce que la faute d'orthographe est un art dans les écorchures des mots..."






Like a Star @ heaven J'écris parce que j'en ai envie. J'écris parce que je crois que n'ai plus le choix.
C'est une addiction qu'on prend plaisir à goûter de plus en plus jusqu'à atteindre l'overdose...Like a Star @ heaven 





" L'admiration que je vois dans ton regard est une force qui m'est obsessionnelle, c'est quelque chose qui me rend fidèle, qui me rend faible..."



PikaPotter ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://pikOoups-smile.skyrock.com
ashandmistylove


avatar

Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 26
Film Pokémon préféré : euh... je sais pas
Pokémon(s) préféré(s) : eeve's, ponyta, galopa, locklass, suiciune, azuril, delcaty, millobellus et quasiment tout les pokémons glace
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : diamant et explorateur du ciel pokemon version blanche 2
Date d'inscription : 27/01/2012

MessageSujet: Re: ~ La chambre d'à côté ~   Mer 28 Mai - 12:30

Ouai premiere a commez ;p j ai adorer ralala ce baiser *^* On en revait tous je crois ^^ sinon Johanna qui debarque au mavais moment . sinon moi je prefere Lola pour la petite . je suis contente que ce soit une fille;) hate e lire la suite attendre Mardi va etre dure Wink
Revenir en haut Aller en bas
Lolo57
Administrateur
Administrateur
avatar

Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 3011
Age : 23
Film Pokémon préféré : Je les aime bien tous pour être honnête, mais je dirais les trois premiers films
Pokémon(s) préféré(s) : Étouraptor
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : RF/VF
Date d'inscription : 27/10/2010

MessageSujet: Re: ~ La chambre d'à côté ~   Jeu 29 Mai - 20:38

Punaise le chapitre était peut-être court, mais qu'est-ce que j'ai eue dû mal à le lire ! x)
Comme tu l'as dit avant, les verbes qui finissent part "-ant" sont très pratiques et je suis tout à fait d'accord avec toi. Cependant, le mettre presque à toutes les phrases, ce n'est pas très bon pour la fiction. On croirait que tu ne sais faire que cela et ça donne un côté négatif aux chapitres. :/
D'autant plus que quelques groupes de mots ne sont pas très français alors si tu rajoutes ça + ça... xD M'enfin, après, tout ceci n'est que mon avis, hein... x)

\Spoil/
Bref, après la cette petite parenthèse, j'en viens au contenu de la fiction !
J'ai beaucoup aimée le fait que Paul soit à la pause et qu'il reçoive l'appelle d'Aurore qui lui annonce que c'était une fille ^^
C'est vrai que pour le coup, je pense comme Paul ; la voir avec un garçon ne l'aurait pas fait. xD
J'ai adorée la scène du magasin avec les berceaux et les poussettes. J'adore Aurore regarder celui avec un rose cliché lol.
J'aime bien aussi la conversation avec les prénoms. ^^ Paula, ahah ! xD Exprès pour faire chier Paul. Mdrrr Mais je me demande quel prénom Aurore va choisir. Personnellement j'aime bien Lola (aussi)... xD
J'ai kiffé la scène avec le nounours qui ressemble à Paul ! Trop chou :3
J'ai beaucoup aimée la scène d'après, lorsqu'ils parlent du père de l'enfant. Smile
J'ai bien aimée la suite, je savais que Johanna allait arriver d'un moment à l'autre. xD Mais ça va, ils ont pu le faire après donc tant mieux. x)
J'ai bien aimée qu'ils prennent la décision d'attendre et de prendre leurs temps après que le bébé soit né. Smile
\Spoil/

Bref, j'ai hâte de savoir la suite ! Very Happy

______________________________________________________
« Don't Let Anything Stand In The Way Of Your Dreams...»
Ne Laisse Pas Quoi Que Ce Soit Bloquer Tes Rêves...

Revenir en haut Aller en bas
natsu dragneel


avatar

Aucun Avertissement

Masculin Nombre de messages : 2011
Age : 26
Film Pokémon préféré : Le pouvoir est en toi
Pokémon(s) préféré(s) : aligatueur, mélodelfe nymphali et mentali
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : argent
Date d'inscription : 18/11/2011

MessageSujet: Re: ~ La chambre d'à côté ~   Ven 30 Mai - 23:08

Ah enfin la scène du baiser, dommage qu'ils ont été interrompu par Johanna la première fois. La seconde fois tu décris superbement la scène.
L'ours en peluche qui s'appelle Paul et le berceau rose ça met un petit côté comique à ce chapitre
Vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Oohfemmeluxieuse
Gagnante du concours de fics
Gagnante du concours de fics
avatar

Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 2883
Age : 24
Date d'inscription : 21/04/2011

MessageSujet: Re: ~ La chambre d'à côté ~   Mar 3 Juin - 11:42

Salut ! :-) J'espère que vous allez bien ^^ La fin de la fiction approche petit à petit. Voici le chapitre 22 qui est plus long que le chapitre précédent. Bonne lecture !



Chapitre XXII :

Main dans la main, Paul et Aurore marchaient dans un quartier où de nombreux passants s'agitèrent. Ils avaient décidés d'aller voir un film au cinéma pas loin de chez Aurore à ce deuxième jour du mois de mars. Le temps semblait encore un peu sombre et froid mais cela n'empêchait pas Aurore et Paul de sortir, bien au contraire. Les semaines avaient passés depuis le baiser échangé, laissant passer les fêtes de fin d'année qui avaient enjoués la jeune femme. Cette dernière avait passé Noël pour la première fois depuis longtemps avec sa mère et elle avait profité pour acheter des cadeaux pour Reggie et Paul afin de leur remercier encore de ce qu'ils avaient fait pour elle. Paul avait offert un bracelet en argent à la jeune femme qui portait en ce moment à son poignet et qui semblait adorer ce bijou. Chaque semaine, Paul et Aurore se voyait, profitant de chaque week-end pour sortir et partager des moments sympathiques à deux. Reggie qui avait remarqué ce rituel, n'arrêtait pas de taquiner son petit frère dès que l'occasion se présentait, agaçant plus au point le jeune homme. La relation qu'ils entretenaient était encore ambiguë et ils ne savaient pas vraiment s'ils étaient en couple ou s'ils n'étaient que des amis. Préférant ne pas en parler, ils firent comme si rien ne s'étaient passé entre eux malgré que cela à pas mal changer dans leurs comportements et dans leurs gestes. En les voyant de l'extérieur, on pourrait croire qu'ils étaient un couple officiel où ils attendaient un futur événement qui était la naissance d'une petite fille. Aurore entamait son huitième mois et son ventre semblait déjà énorme pour la jeune femme, l'obligeant à porter des vêtements adaptés à sa grossesse. Ils arrivèrent devant le cinéma où des affiches de films étaient placardées sur les tableaux à cet effet.

« La plupart des films commencent dans une demi-heure. » Remarqua Aurore
« Lequel t’intéresse ? »

La jeune femme regarda chaque affiche, mordilla sa lèvre inférieure dans un semblant de réflexion avant de répondre au jeune homme qu'elle ne savait pas lequel choisir.

« Celui-ci me tente bien. » Déclara-t-il en montrant une affiche du doigt.

La jeune femme observa la fameuse affiche où cela montrait un film de science-fiction. Elle lit le résumé avant de hocher la tête en lui disant que le film avait l'air bien.

« Bien, alors on va regarder ce film. » Conclut-elle.

Ils rentrèrent dans l'établissement où de diverses machines à caisses étaient installés contre un mur ainsi que des écrans qui visualisèrent certaines bandes annonces des films qui étaient sortis cette semaine. Aurore et Paul décidèrent de rentrer dans la queue qui mena à un guichet. Ils attendirent patiemment, avançant lentement vers la caisse avant qu'Aurore lâcha un petit bruit de surprise.

« Oh, le bébé à bouger. » Constata-t-elle en mettant ses mains sur son ventre.

Un petit sourire se dessina sur ses lèvres avant de poser son regard joyeux sur le jeune homme qui était silencieux jusque-là.

« Il bouge beaucoup en ce moment. » Remarqua-t-il avant de poursuivre d'un air tranquille, « C'est sûrement bon signe. »

La jeune femme acquiesça avant de dire à Paul qu'ils étaient bientôt arrivés à la caisse. Effectivement quelques minutes plus tard ils étaient auprès du comptoir où une dame leur demanda quel film ils voulaient voir. Après avoir demandé deux places du film qu'il avait choisi, Paul déposa un billet et quelques pièces sur le comptoir où la fameux dame les prit afin de faire le compte. Elle sourit en leur rendant la monnaie, que le jeune homme empressa de les mettre dans sa poche arrière avant de sentir une petite pression à son bras. C'était Aurore qui venait de le tenir de sa main délicate alors qu'ils se dirigèrent vers les salles de projection.

Arrivé dans la salle concernée, ils choisirent leurs places avant de voir d'autres personnes remplir peu à peu les ranger de sièges pliables et retirèrent leurs manteaux tranquillement alors qu'une page de publicité fit son apparition sur le grand écran. Assis confortablement à leur place, ils virent peu à peu la lumière de la salle s'éteindre comprenant que le film allait d'une minute à l'autre débuter.
Au bout d'une demi-heure de film, Aurore sentit une douleur à son bas ventre et espéra que ce n'était que passager, n'osant pas avertir le jeune homme pour ne pas l'inquiéter. Mais plus les minutes passèrent et plus elle comprit que quelque chose n'allait pas. Elle mit sa main à son ventre retenant un gémissement de douleur alors qu'elle agrippa de son autre main sur celle du jeune homme.

« Paul... » Murmura-t-elle espérant capter l'attention du concerné.

Le jeune homme tourna sa tête vers sa voisine d'un petit air inquiet. Il sentit une pression un peu plus forte au niveau de sa main, comprenant qu'Aurore la serrait plus durement.

« J'ai mal... » Lui avoua-t-elle, « Je crois que c'est le bébé. »

Paul écarquilla ses yeux, comprenant que les contractions avaient déjà commencé, lui faisant apparaître une boule d'angoisse à son estomac.

« Euh... d'accord, je... Je vais t'aider à te lever. » Bredouilla-t-il

Une chance qu'Aurore et Paul s'étaient installés au bout du rang, cela aurait évité de déranger les téléspectateurs en plein film. Dans la pénombre de la salle Paul saisit son manteau et aida la jeune femme à se lever du siège tout en prenant le trench de cette dernière. Il lui avertit qu'il y avait une marche, avant d'avancer le mieux possible jusqu'à la porte de sortie où le jeune homme tint fermement Aurore à son bras.

« Respire bien. »
« C'est ce que je fais ! »

Paul soupira un petit « OK » n'osant plu lui dire quoique ce soit. C'est qu'elle était déjà sur les nerfs, pensa le jeune homme avant d'arriver devant la caisse où il informa à la fameuse dame qu'Aurore avait de fortes contractions.

« Il y a un hôpital à côté ? »

La caissière sortit de son box rapidement avant de leur demander s'il avait un véhicule. Paul lui répondit qu'ils étaient venu à pieds comprenant que le fameux hôpital n'était pas si près du cinéma. Il la vit guetter autour d'elle avant de l'entendre qu'elle allait les accompagnés en voiture, faisant soupirer de soulagement le jeune homme.

« Je vais prendre mon manteau et mes clés puis on y va. »

Cette femme allait risquer son poste pour eux songea Aurore posant son regard sur le box vide alors qu'elle sentit la douleur s'intensifier. Quelques minutes plus tard ils étaient dans le véhicule de la caissière où elle venait à peine de prendre la route, en direction de l'établissement de santé. Paul était sur les places arrière auprès de la jeune femme où cette dernière serra toujours fortement sa grande main tandis qu'elle essaya de se calmer face à ses contractions. Un petit gémissement douloureux retentit dans la voiture avant qu'Aurore inspira de nouveau un grand coup. Elle sentit le véhicule s’accélérer avant de tourner à gauche où ce dernier s'arrêta à un feu rouge.

« Aller, aller, passe au vert... » Entendit-elle

C'était la conductrice qui s'impatientait constata-t-elle avant de gémir une nouvelle fois et de serrer encore plus la main de Paul. Ce dernier lui rendit la pression à sa petite main tout en lui disant de continuer d'inspirer. Aurore souffla plusieurs fois lentement avant de sentir la voiture vibrer, comprenant que le feu tricolore était passé au vert.
Dix minutes plus tard, ils arrivèrent enfin devant l'établissement de santé où Paul ouvrit la portière rapidement tout en aidant la jeune femme à sortir du véhicule. La conductrice sortit elle aussi puis prévint Paul qu'elle allait avertir le personnel de l'accueil qu'il faudrait un médecin d'urgence. Après avoir vu la fameuse caissière disparaître derrière les portes automatiques de l'hôpital, Aurore et Paul s'avancèrent vers la bâtisse où ils virent de nouveau les grandes portes s'ouvrirent sur une personne en blouse blanche. Cette dernière accourut vers eux en leur disant qu'elle allait s'occuper d'Aurore. Paul soupira de soulagement et rentra dans l'établissement tenant toujours la jeune femme à son bras, accompagné du médecin. Ce dernier avait des cheveux blonds et avec un visage rond dotés de deux orbes bleus ainsi qu'un nez fin.

« Une chance que j'étais à l'accueil. » Déclara le médecin.

Un gémissement retentit de nouveau dans l'air, faisant pivoter la tête du médecin et de celui de Paul vers elle. Aurore comprit que la fameuse caissière avait demandé à ce médecin de les aider.

« On va vous emmenez dans une chambre. » Informa-t-il, « Je crois que votre femme va bientôt accoucher. »

En arrivant dans le hall, Paul posa son regard sur le médecin face aux derniers mots qu'il avait prononcé. Il soupira n'osant rien dire alors qu'il sentit une petite pression à son bras, faisant baisser ses orbes foncés sur la jeune femme. Cette dernière commençait à transpirer et d'une minute à l'autre elle risquerait de plus pouvoir tenir debout. Aurore malgré la douleur qui la prenait de tout son corps avait entendu ce qu'il avait dit le médecin. Elle allait sans doute accoucher, et malgré elle, la peur l'envahit à cette pensée. Durant un instant elle s'était imaginée dans la peau d'une mariée, se dirigeant vers un autel où Paul l'attendait avec un sourire aux lèvres et le stress aux creux du ventre. Un petit sourire se faufila sur ses lèvres en pensant qu'elle aurait pu être la femme de Paul avant qu'une nouvelle contraction dissipa son expression rieuse.

« Le bébé ne devait pas sortir au moins avant trois semaines. » Réussit-elle à articuler.

Les portes d'un ascenseur s'ouvrirent au moment où ils arrivèrent devant, profitant de l'occasion pour rentrer. Le fameux médecin la rassura que c'était assez fréquent que les accouchements se fassent plus tôt que prévu. Deux étages plus hauts, ils sortirent de la cage d'ascenseur avant que le médecin demande à une sage-femme ainsi qu'une infirmière de s'occuper à chercher une chambre pour la jeune femme avant que cette dernière poussa un cri plaintif.

« On va t'allonger. » Essaya de rassurer Paul alors que les deux employées venaient de leur annoncer qu'il y avait une chambre de libre.

Aurore toujours accrochée au bras de Paul, rentra dans la fameuse chambre que l'infirmière indiqua, suivit du médecin qui parlait à la sage-femme. Elle monta difficilement sur le lit et réussit à s'allonger convenablement sur le matelas alors qu'elle tenait toujours la main de Paul.

« J'ai peur. »

Paul glissa sa main sur la joue de la jeune femme en lui disant que tout se passerait bien, que les médecins allaient voir ce qui se passait avec le bébé et que si elle devait accoucher il lui rassura qu'il serait auprès d'elle. La jeune femme hocha la tête à ses mots et posa sa main sur celle de Paul qui était prête à se retirer de la joue douce d'Aurore. Un petit raclement de gorge interrompit leur intimité faisant tourner leurs têtes vers la sage-femme. Cette dernière se présenta et indiqua à la jeune femme que la fameuse infirmière était partie chercher une tenue adéquate afin qu'Aurore soit plus à l'aise. Aurore acquiesça avant de gémir de douleur. La sage-femme lui demanda de faire des petites respirations avant qu'Aurore soupir d'agacement, serrant la main du jeune homme une nouvelle fois.

« Il faut peut-être que je prévienne ta mère. »

La jeune femme acquiesça, n'ayant pas le courage de parler alors qu'elle lâcha la main de Paul, dépité, le temps que ce dernier puisse appeler Johanna. Elle le vit s'éloigner quelques mètres de son lit avant de l'entendre parler à sa mère où elle discerna quelques mots tel que « hôpital », « cinéma » et « sage-femme » comprenant que le jeune homme essaya de résumé la situation. Quelques minutes plus tard, Paul raccrocha et informa Aurore que Johanna allait venir avant que la jeune femme gémit de nouveau.

« Est-ce que je vais accoucher maintenant ? » Demanda-t-elle à la sage-femme
« C'est très probable. » Répondit-elle sobrement avant de continuer « Le travail semble bien avoir entamé. »

La fameuse infirmière arriva avec la tenue d'hôpital entre ses mains. Elle donna à la patiente où cette dernière comprit qu'elle devait se changer.

« Je vais vous aider. » Proposa la sage-femme.

L'infirmière ainsi que Paul sortirent de la chambre le temps qu'Aurore puisse se changer tranquillement alors que cette dernière essaya par tous les moyens d'apaiser les douleurs à son ventre. Après avoir réussi à mettre la fine tenue, elle se remit convenablement sur son lit avec l'aide de l'employée.

« J'en peux plus... » Souffla Aurore.

La porte s'ouvrit sur le médecin, sursautant la jeune femme avant de l'entendre qu'il allait l'examiné. Après l'avoir consulté, il échangea un regard avec la sage-femme tandis que Paul serra de nouveau la main de la jeune femme. Le fameux médecin se tourna vers eux d'un air sérieux.

« Je crois qu'il est temps d'aller au bloc. »

Le cœur d'Aurore s'accéléra à cette annonce, serrant de plus en plus fort la main du jeune homme. Elle avait peur. Elle était apeuré de ce qui pourrait lui arriver, elle ou à son enfant durant l'accouchement. Elle avait l'angoisse à ses tripes à l'idée que tout se passe mal...

« Tu vas rester avec moi,hein ? »

Paul essaya de la calmer de son angoisse alors qu'il sentit le stress lui monter en lui avant de pivoter sa tête vers la sage-femme et le médecin où ce dernier rassura Aurore que le jeune homme pouvait venir au bloc pour la soutenir. Des brancardiers emmenèrent la jeune femme en direction du bloc alors que le médecin en question ainsi que la sage-femme partirent se préparer pour l'intervention.

OOOOO

La sueur qui collait à sa peau, Aurore inspira une nouvelle fois avant de pousser dans un petit gémissement essoufflé. Sa main tenant fermement celle de Paul, qui était auprès d'elle dans une tenue lui permettant d'aller au bloc avec les spécialistes. Il l'encouragea alors qu'une infirmière du bloc vérifia que tout se passait toujours bien avant d'entendre un gémissement de la jeune de femme.

« C'est bien Aurore, poussez encore ! »

La jeune femme obéit à la sage-femme avant d'inspirer une nouvelle fois. Cela faisait presque deux heures et demie qu'elle était dans ce bloc et elle commençait à s'épuiser fatalement. Paul lui caressa la joue dans un petit tremblement lui disant qu'elle était une femme forte. Aurore sourit à ce compliment avant de gémir une nouvelle fois.

« Inspirez calmement. »

Aurore acquiesça avant d'inspirer plusieurs fois alors que le médecin informa joyeusement que le bébé commençait à sortir, faisant augmenter la pression à la jeune femme.

« On commence à voir la tête ! Aller Poussez ! »

Dans un cri qui déchira l'air, Aurore poussa le mieux qu'elle pouvait avant d'anhéler rapidement alors que Paul l'encouragea de nouveau. Elle repoussa une nouvelle fois avant d'entendre la sage-femme lui dire qu'il sortait de plus en plus.

« Soufflez et poussez ! »

Encore une fois, elle essaya de faire le mieux qu'elle pouvait, serrant toujours aussi fort la main de Paul avant d'entendre des cris d'un bébé, lui faisant sourire joyeusement.

« Merveilleux, c'est une fille ! »

Le médecin coupa la corde ombilicale alors que la sage-femme s'occupa du bébé. Paul caressa le front transpiré d'Aurore dans un petit sourire à ses lèvres.

« Tu as été formidable. »
« Notre fille est là. »

Le jeune homme écarquilla à cette phrase comprenant qu'elle considérait son bébé comme si c'était celui de Paul. Une émotion forte l'envahit, hésitant entre pleurer et rire avant qu'il osa poser ses lèvres sur celle d'Aurore. Cette dernière sentit sa bouche humide et répondit doucement avant de se retirer rapidement, déstabilisant le jeune homme. Celui-ci détourna sa tête laissant planer un petit malaise entre eux avant d'entendre la sage-femme demander à Aurore de prendre son enfant. Ce dernier était dans une couverture épaisse et douce de couleur vert pomme. La jeune femme, heureuse, prit son bébé entre ses mains avant de révéler le prénom aux employés ainsi à Paul qui doutait déjà lequel elle avait choisi.

« Je vous présente Lola. »

Les employés du bloc sourirent à cette présentation avant que la sage-femme lui informe qu'elle allait s'occuper d'elle ainsi que du bébé durant tout le séjour à la maternité. Elle lui prévint qu'il y aura des puéricultrices qui allaient charger de la surveillance de Lola alors que que le médecin ainsi que l'infirmière commença à déplacer son lit, permettant de la faire sortir de la salle d'opération. Paul suivit le mouvement, encore un peu perdu face au geste affectueux qu'il avait fait, songeant tout en posant son regard sur Aurore et son bébé, à ce qui allait se passer entre Aurore et lui maintenant que le bébé était né.

OOOOO

Cinq jours plus tard, Aurore avait l'autorisation de sortir de la maternité. Cette dernière était à l'entrée de l'établissement de santé auprès de sa mère qui venait la chercher. Johanna était ravie d'être grand-mère et que la santé de sa petite-fille était bonne. Le sourire aux lèvres, la fille et la mère discutèrent sur l'organisation des prochaines semaines autour de la petite Lola. Elles surent d'avance que cela ne sera pas facile au début, surtout entre les pleurs et les cris du bébé. Aurore soupira, en pensant soudainement à Paul et à sa tentative de baiser lors du jour de son accouchement. Elle avait presque refusé qu'il l'embrasse malgré qu'elle ait commencé à répondre à ce geste affectueux. Elle ne savait pas pourquoi elle avait fait cela. Les contractions, l'arrivé du bébé, l'appréhension de son futur avec Lola et ce baiser que Paul lui donnait l'avait fait comprendre que c'était trop d'un coup, trop pour elle.
Johanna aida sa fille à rentrer dans son véhicule alors que cette dernière s'installa sur le siège côté passager, son bébé endormit dans ses bras. Vingt minutes plus tard, elles arrivèrent devant leur maison faisant sourire la jeune femme qui avait hâte d'être enfin chez elle. Après que Johanna déverrouilla la porte d'entrée, Aurore profita pour monter directement à l'étage où elle partit en direction de la chambre de son enfant puis retira le petit manteau trop grand de son bébé afin de déposer ce dernier dans son berceau. Johanna la suivit, toujours le sourire aux lèvres en lui chuchotant qu'elle avait une belle petite fille. Aurore qui contempla Lola, sa tête au-dessus du berceau, sourit tout en répondant à sa mère que son enfant était adorable.

Dans le calme de la chambre elle sentit son portable sonner dans sa poche de son manteau l'obligeant à le sortir au plus vite afin d'éviter de réveiller son bébé. Elle décrocha dans un petit « allô » tout en s'éloignant de son enfant, profitant pour retirer son manteau alors que sa mère l'aida à le débarrasser.

« Ah Paul, comment tu vas ? »

Aurore vit sa mère prendre son fameux manteau et descendre silencieusement pour ne pas la déranger avant qu'un sourire se faufila en entendant la réponse de Paul. Celui-ci allait bien et lui avait demandé comment se passait son retour à la maison.

« Je viens tout juste de rentrer à la maison, Lola s'est endormit juste avant qu'on quitte la maternité. »
« Tu dois être contente d'être enfin chez toi. »
« Oui ! »

Un petit silence apparut après cette brève conversation laissant une petite gêne planer au-dessus de la jeune femme. Elle passa sa main sur sa queue de cheval avant de soupirer doucement.

« Si tu veux, tu peux venir la voir. »
« Je crois que je préfère te laisser profiter avec ta mère. »

Aurore qui posa son regard sur le berceau de la chambre à quelques mètres de là, baissa légèrement les yeux à cette réponse.

« D'accord. »
« Par contre Mélina voudrait la revoir, je crois qu'elle a vraiment envie d'être mère elle aussi. »

Un petit sourire se faufila sur ses lèvres avant de commencer à blablater sur les joies de la grossesse ainsi que sur son avenir avec sa fille. Elle lui avoua qu'elle avait eu peur que sa fille puisse avoir quelque chose de grave durant l'accouchement avant de repenser à ce fameux baiser, la rendant muette durant quelques secondes. Elle entendit un petit rire au creux de son oreille avant d'entendre la voix de Paul.

« Tout va bien se passer. Tu sauras être une bonne mère. »

Elle rougit doucement, tortilla son doigt dans sa queue de cheval tout en disant à Paul qu'elle espérait gérer les moments difficiles qu'elle rencontrera avec son enfant.

« Si tu as besoin d'aide, tu me dis, je pourrais venir t'aider si tu le souhaites. »

Aurore sourit avant de lui rassurer qu'elle ferait si c'était nécessaire avant d'entendre les pleurs de sa fille résonné dans la chambre, l'obligeant à interrompre la conversation. Elle se précipita jusqu'au berceau où elle prit son bébé doucement, le sourire aux lèvres.

« Maman est là. »

Elle le berça lentement dans ses bras avant de sortir de la chambre où elle décida de faire à manger, après tout il était déjà bientôt treize heures...

OOOOO

En torse nu, en pleine préparation pour s'habiller, Paul entendit son portable sonner l'obligeant à le saisir sur sa commode où il l'avait déposé à son réveil alors qu'il décrocha se demandant pourquoi Aurore l'appelait à cette heure assez matinale.

« Aurore ? »
« Salut Paul. »
« Euh..Sa-salut. » Bredouilla-t-il bêtement, « Tout va bien ? »
« Oui. » Répondit-elle avant de poursuivre « J'aurai besoin de toi pour surveiller Lola. »

Le jeune homme passa sa main dans ses cheveux, un tic devenu habituel depuis un certain temps avant de lui répondre un « Bien sûr ».

« Je dois chercher un colis à la poste avant onze heures et ma mère est partie à la banque et je ne sais pas quand elle reviendra... »
« Pas de soucis, tu veux que je vienne de suite? »
« Oui, si ça ne te dérange pas. »

Paul mit le haut-parleur afin de s'habiller plus rapidement avant de lui répondre un petit « d'accord » et de lui demander si Lola allait toujours bien.

« Oui, elle va parfaitement bien. » Entendit-il d'un air joyeux, « Elle est encore en train de dormir. »

Deux semaines avait passé depuis la sortie de la jeune femme de la maternité. Paul sourit en imaginant Lola dormir dans le berceau alors qu'il visualisa sa visite de la veille chez Aurore. Il avait porté le bébé durant quelques instants et il le trouvait si fragile dans ses grands bras, si petit...
La voix de la jeune femme lui fit sortir de ses pensées, avant de comprendre qu'il était totalement habillé.

« Bien, alors à tout à l'heure. »
« Ouais, à plus. »

Paul mit son cellulaire dans sa poche de devant avant de vérifier qu'il n'avait rien oublié dans sa chambre et de descendre rapidement dans le salon où il mit ses baskets et son manteau. Il soupira, se rappelant que son grand frère dormait les week-ends chez sa petite amie depuis plusieurs mois avant de claquer la porte, signe qu'il venait de quitter la maison.

Les routes étant presque désertes favorisant la durée du trajet : Paul fut arrivé en moins de quinze minutes chez Aurore alors que cette dernière le vit par la fenêtre de la cuisine, un sourire à ses lèvres. Il trouva une place facilement dans la rue et sortit rapidement de sa Clio noir avant de s'avancer vers la maison de la jeune femme. Il la découvrit à la porte où elle venait d'ouvrir, lui faisant signe de venir. Le jeune homme ouvrit le portail avant de traverser l'avant-cour dans des grandes enjambées alors qu'il vit la jeune femme mettre son manteau.

« J'essayerai de venir le plus rapidement possible. »

Paul sentit ses lèvres sur sa joue gauche à la dérobé avant de l'entendre lui dire pleins de recommandations ainsi que des conseils le faisant soupirer dans un petit regard moqueur.

«... Et si elle pleure, donne lui un jouet en général ça la calme et le biberon est rangé dans le placard d'en... »

La jeune femme fut interrompue par la voix de Paul qui lui disait que ce dernier allait gérer et que si vraiment il se passait quelque chose il l’appellerait. Il l'entendit lâcher un petit « d'accord », sachant qu'elle n'était pas habituée à laisser son bébé à quelqu'un pendant son absence. Le jeune homme la vit vérifier que son portable était bien allumer avant de le glisser dans sa poche de son manteau tandis qu'il lui demanda si Lola dormait toujours.

« Oui, elle est dans sa chambre. »

Aurore ferma son manteau avant de commencer à se diriger vers le portail, où elle jeta un petit coup d’œil à Paul, anxieuse.

« Je t’appellerai s'il y a un imprévu. »

Paul acquiesça avant de la voir partir d'un pas rapide dans la rue, où elle longea les pavillons de son quartier. Il ferma la porte après l'avoir vu disparaître de sa vue au détour d'une maison alors qu'il retira ses chaussures ainsi que son blouson auprès d'un canapé afin de voir Lola à l'étage. Arrivé devant la chambre de cette dernière il avança à pas de loup jusqu'au berceau où il la vit dormir tranquillement, le faisant sourire. Il s'accroupit jusqu'à se mettre à genoux sur le sol où il passa ses doigts à travers les barreaux toujours le regard dirigé sur Lola. Elle était toute mignonne pensa Paul alors qu'il la vit bouger doucement faisant sortir ses petites mains roses de la couverture qui recouvrait la moitié de son petit corps.
Paul restait là, dans cette position durant de longues minutes, jusqu'à ce qu'il comprenne que dix minutes s'étaient déjà écoulées depuis sa venue. Il se releva doucement alors qu'il vit Lola papillonner lentement ses yeux, signe qu'elle allait bientôt réveiller. Des cris de pleurs commencèrent à briser ce silence reposant, obligeant Paul à intervenir. Il prit le bébé entre ses bras délicatement, essayant de le calmer avant de s'avancer vers le coffre à jouets au coin de la pièce où quelques jouets étaient déjà posés dessus et d'attraper un au hasard afin de donner à Lola. Cette dernière ne semblait toujours pas vouloir arrêter ses cris, rendant Paul de plus en plus impatient, décidant de descendre afin d'aller à la cuisine pour chauffer le biberon.

Le biberon en main, à la bonne dose comme avait indiqué sur un post-it sur le frigo, il le mit dans le micro-onde. Il sourit en voyant le fameux post-it fluo en se disant que la jeune femme avait bien fait d'avoir laissée un petit mot pour se rappeler. Un petit bruit répété se fit entendre entre les pleurs du bébé faisant réagir rapidement le jeune homme qui sortit le biberon du micro-onde. Il vérifia que c'était à la bonne température avant de le donner à Lola qui semblait enfin ravit de pouvoir satisfaire sa faim. Paul soupira de soulagement tout en bien maintenant le biberon alors qu'il entendit Lola tété le bouchon en plastique. Il s'avança dans le salon où il s'assit tranquillement sur un fauteuil en daim contemplant sa fille. Paul soupira de nouveau à cette pensée, c'était sa fille. Peut-être n'était-il pas le père biologique, sûrement pas le meilleurs des pères mais il était fière de pouvoir remplir ce rôle qu'Aurore avait tant insisté. Il avait compris que depuis le début de la grossesse de la jeune femme il s'était toujours intéressé à Lola lorsqu'elle était dans le ventre. Il avait vu l'évolution de la grossesse d'Aurore, Il était là pour la première échographie, il était là pour accompagner Aurore dans certains achats, il avait assisté à l'accouchement ainsi qu'aux premiers jours du bébé à la maternité. Cela ressemblait à un père qui était attentif à tout ce qui se passait autour de son propre enfant...

Une demi-heure plus tard, il déposa le biberon vide sur la petite table au centre du salon avant de rester debout où il posa Lola contre son épaule, tout en tapotant doucement son dos avant qu'un petit rot se fit entendre, faisant sourire gentiment Paul. Le jouet qui était posé au creux du fauteuil depuis que Lola avait commencé à prendre son biberon, fut saisit par la grande main de Paul avant de s'installer convenablement dessus. Le jeune homme donna le petit jouet en forme de cylindre de couleur rouge muni d'une petite tête de poisson à Lola qui s'amusait à faire du bruit en le secouant. Quelques minutes plus tard, Paul la vit bâiller, comprenant qu'elle n'allait pas tarder à s'endormir une nouvelle fois. Il retira le jouet qui devenait une gêne pour Lola avant de la voir fermer ses yeux tout doucement, luttant malgré elle à rester éveillé. Il avait peur durant un instant de la réveiller s'il devait se lever et préféra finalement de ne pas bouger laissant le bébé piquer une petit somme dans ses bras. Il profita pour l'observer alors qu'il bâilla soudainement, humidifiant légèrement ses yeux noirs. Le bâillement était bel et bien contagieux constata-t-il ironiquement. Il soupira doucement, baissant de nouveau son regard sur Lola qui dormait à point fermé, enviant le jeune homme de vouloir être dans le même état qu'elle. Cette dernière était paisible, partit dans un monde de songes qui n'appartenait qu'à elle tandis que personne ne dérangeait son sommeil. Paul bougea sa tête dans tous les sens, faisant craquer sa nuque dans un petit mouvement brusque avant de poser sa tête sur l'accotoir du fauteuil. Il ferma ses paupières durant quelques secondes mais finalement ne les rouvrit pas, alors que sa respiration se fit lente et calme.

Quelques instants plus tard, la porte d'entrée s'ouvrit sur une Aurore agitée dont sa voix résonna un peu fort dans la maison avant qu'elle découvrit Lola endormit dans les bras de Paul qui était lui aussi en train de dormir sur le fauteuil. Elle sourit tendrement à cette scène avant qu'une idée germa dans sa petite tête. Il fallait à tout prix immortaliser l'instant. Aurore se précipita à l'étage cherchant l'appareil photo de sa mère afin de prendre un cliché d'un père et sa fille qui dormaient tendrement ensemble...


______________________________________________________
"Oohfemmeluxieuse, parce que la faute d'orthographe est un art dans les écorchures des mots..."






Like a Star @ heaven J'écris parce que j'en ai envie. J'écris parce que je crois que n'ai plus le choix.
C'est une addiction qu'on prend plaisir à goûter de plus en plus jusqu'à atteindre l'overdose...Like a Star @ heaven 





" L'admiration que je vois dans ton regard est une force qui m'est obsessionnelle, c'est quelque chose qui me rend fidèle, qui me rend faible..."



PikaPotter ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://pikOoups-smile.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ La chambre d'à côté ~   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ La chambre d'à côté ~
Revenir en haut 
Page 9 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Chandernagor, Françoise] La chambre
» Votre chambre à vous !
» La série des Rouletabille : Le Mystère de la chambre jaune, Le Parfum de la dame en noir...& cie
» Zette range sa chambre,
» Bannière pour ma chambre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon AAML :: Fictions :: Fan Fics :: Terminées-
Sauter vers: