Pokémon AAML

Pokémon AAML

Salut à toi Invité!
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion
Pour les anciens membres et les nouveaux merci de vous présenter sur le topic dédié afin d'enregistrer votre compte pour participer sur le forum ! Ça se passe ICI !


Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Bienvenue sur le forum AAML ! Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven


Partagez | 
 

 La team Aura (Tome1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
AuteurMessage
lati@s


avatar

Aucun Avertissement

Masculin Nombre de messages : 1913
Age : 18
Film Pokémon préféré : Latios et Latias les heros pokemon
Pokémon(s) préféré(s) : Latias, Latios, Mew, Absol et Zorua.
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : Diamant, Noir/Blanc et XY
Date d'inscription : 28/05/2011

MessageSujet: Re: La team Aura (Tome1)   Mer 18 Déc - 18:07

Salut !
Je poste le chapitre 11, ensuite je me consacrerais à mon OS pour le concours de Noël donc il ne devrait pas y avoir d'autre chapitre avant le 23 minimum.
Je précise aussi qu'il n'y aura pas vraiment d'action dans ce chapitre mais qu'il est extrêmement important.
Bonne lecture !

Chapitre 11 : Z

Il se faisait tard, le Soleil se couchait donnant au ciel des teintes rouges orangées. Ondine se hâtait dans les rues du village. Elle passa près de la grande place ou des femmes jasaient sur la présence de Giovanni dans le village, mais elle ne pouvait pas leur en vouloir après tout, elle non plus n’aimait pas l’idée que cet homme marchait librement dans les rues. Elle s’arrêta dans une petite boutique qui avait été ouverte par des habitants d’Hoenn et qui se vantait de vendre les meilleurs Pokéblocs de tout le village. En vérité ils étaient les seuls à vendre des Pokéblocs dans ce tout petit village, Ondine s’arrêta donc chez eux pour prendre quelques friandises à donner à ses Pokémons sans oublier d’en prendre aussi pour Flora. Elle se dirigea ensuite vers la boulangerie sans pouvoir s’empêcher d’admirer le ciel qui était vraiment magnifique, mais elle le regretta vite. En effet, à force de marcher sans faire attention à où elle allait elle avait fini par se perdre.
-C’est quoi ce village, il a doublé de volume depuis hier ou quoi ?, marmonna Ondine qui refusait toujours autant d’admettre qu’elle s’était, une fois de plus, perdue.
Elle commença à paniquer lorsqu’elle se retrouva dans une ruelle étroite alors que le ciel s’assombrissait, elle eu le sentiment que l’atmosphère se faisait pesante et elle senti comme un souffle froid dans son dos.
Soudainement, elle sentit quelque chose de chaud se poser sur son épaule, une main. Elle poussa un cri à vous faire exploser les tympans et elle se retourna brusquement vers son attaquant qui, au final, n’avait pas l’air si dangereux.

-Je suis désolé, je vous ai fait peur, je m’en excuse, dit celui-ci, affichant un sourire gêner.
-Je, eu … non, c’est moi qui m’excuse. Je me suis perdue, je croyais que vous étiez, enfin, je vous aie pris pour … peu importe, j’ai un peu peur quand je me perds. Succession de mauvaises expériences.
-Ah bon ? Vous voulez que je vous accompagne quelque part ?, demanda l’homme.

Ondine hésita, pourtant cet homme lui inspirait confiance. Il avait l’air gentil, souriant, jovial. Bien que son apparence lui donnait un style mystérieux.
Il avait des cheveux noirs qui lui tombaient sur le visage, des yeux bruns qui semblaient lire en vous et la peau bronzé de quelqu’un qui passe tout son temps dehors, au Soleil. Il était habillé d’une veste noire, ouverte sur un T-shirt, noir lui aussi, comme son pantalon et ses chaussures. Il portait également une ceinture à laquelle étaient accrochées six Pokéballs, indiquant à Ondine qu’il était dresseur. Sur le coup, celle-ci ne put s’empêcher de penser qu’il était effroyablement beau, mais elle se ressaisit vite, elle avait assez de problèmes de couple entre Régis avec qui elle s’était disputer le matin même et ses sentiments pour Sacha qui n’avaient peu être pas disparus en fin de compte. Elle fini enfin par accepter la demande du jeune homme :
-En fait j’allais à la boulangerie. Est-ce que vous pourriez juste m’y amener ?, balbutia-t-elle, légèrement rouge, ce qui n’échappa pas à son interlocuteur.
-Bien sur, répondit celui-ci tout en commençant  à marcher.

Durant le trajet, Ondine ne put s’empêcher de poser des questions au beau jeune homme, rougissant légèrement à chaque question qu’elle posait :
-Alors, comme ça tu es dresseur ?
-Oui, et toi tu es la championne d’arène d’Azuria, à Kanto, je me trompe ?
-Comme le sais-tu ?, demanda Ondine, surprise.
-Je t’ai vu à la télévision le jour où Azuria a été attaqué par la Team Rocket.
-Ah, et qu’est ce qu’ils disaient ?, questionna Ondine.
-C’est pas brillant tu sais, peux être qu’il vaudrait mieux que je ne te le dise pas.
-Je veux quand même le savoir, répondit Ondine, déterminée.
-Ils ont dit que tu étais une mauvaise championne qui n’avait pas hésité à abandonné sa ville natale face à l’ennemi.
-C’est faux !, s’énerva t’elle. Ca ne c’est pas passé comme ça ! Si ont m’avait laissé faire, crois moi, je me serais battue sans relâche pour chasser ces parasites de chez moi, mais on m’a embarqué de force en me disant que la bataille était déjà perdue, que fuir était notre seule chance. Ce n’est pas ma faute, ce n’est pas ma faute si Azuria a été prise par la Team Rocket, ce n’est pas ma faute ! CE N’EST PAS MA FAUTE !
Ondine fondit en larme, tous ses remords surgissaient d’un coup, elle craquait face à un inconnu. Elle se sentait inutile, lâche, faible et inutile et lâche et faible et …
- Calme-toi, c’est vrai. Ce n’était pas ta faute et ça ne sert à rien de tout prendre sur tes épaules, ce village tout entier à vécu des choses horribles à cause de la Team Rocket. Ce sont eux, les seuls responsables.
Il s’approcha d’Ondine, posa ses mains sur les bras de la jeune femme, plongeant son regard dans ses yeux verts.
-Tu es forte. Tu es forte, courageuse et surtout, tu en fais plus que quiconque ici, sans parler de tout ce que tu es capable de faire. Je suis même presque sur que ce sera toi, lors de la bataille finale, qui portera le dernier coup, le coup fatal, à la Team Rocket et toutes leurs horreurs. Ne l’oubli pas.

Les pleurs d’Ondine avaient cessé et à ce moment, la Team Rocket était devenu la dernière de ses préoccupations. Elle essayait de se dire qu’il ne faisait que la flatter, qu’il ne savait rien d’elle et qu’il disait ça par ce qu’elle lui faisait pitié mais ce fut en vain, le charme naturel du jeune homme avait eu raison d’elle, de sa raison, de Régis, de Sacha. Avec lui, elle les oubliait, tout trois. Il la réconfortait, elle se sentait en sécurité. Cela faisait si longtemps qu’elle ne s’était pas sentit en sécurité. Elle se remit à marche pour se sortir ces idées de la tête mais elle n’arrivait pas à détourner le regard de celui qui marchait à ses côtés, sauf quand il se retournait vers elle, alors elle détournait les yeux et la tête brusquement et lui souriait tendrement, sans qu’elle ne le voie.

Le vent nocturne s’engouffrait dans les ruelles, Ondine frissonna, ce qui n’échappa pas à l’œil protecteur de l’homme qui se tenait à ses côtés. Il enleva sa veste et la lui posa sur les épaules, ce vêtement sentait bon, en plus d’être chaud, Ondine se sentait réconforté lorsqu’elle le portait.
-Et toi, tu n’as pas froid ?, demanda t’elle.
-Non, ça va, je suis costaud t’inquiète, répondit-il, en lui adressant un clin d’œil.
En effet, il ne semblait pas souffrir du froid plus que cela et à vrai dire, la rousse n’avait aucune envie qu’il ne reprenne sa veste. Car en plus de lui tenir chaud, cela lui permettait d’observer tous les détails des muscles du jeune homme. Le moins qu’on pouvait dire, c’est qu’il était plutôt bien tailler, son T-shirt à manche courte laissait voir ses bras et on devinait que sous ses vêtements, il avait un corps d’athlète. Elle analysa chaque détails de sa silhouette et en déduisit qu’il était, beaucoup, beaucoup trop bien pour elle. Pourtant quand elle était auprès de lui elle se sentait si bien, elle ressentait comme … une Aura.

Si elle savait que le jeune homme était entrain de l’admirer de la même manière, si ce n’était encore plus. Il admirait ses longs cheveux roux, sa peau et ses courbes parfaites. Tout en elle était parfait. Ce qu’il aimait le plus chez elle c’était ses yeux, des yeux bleu-vert qui lui rappelait le plus pur des lagons, des yeux qui avait tellement vu, qui avait tellement vécu, de belles aventures, mais aussi des drames, trop de drames. Il voulait la protéger, la protéger de tout ce qui pouvait la blesser. Elle avait trop souvent été blessée. Pourtant, la plupart du temps elle ne laissait rien paraitre.

Une douce odeur de pain chaud et de pâtisseries se fit alors sentir, la proximité de la boulangerie réchauffant la nuit.
-On arrive, dit-il, triste de devoir se séparer d’elle.
-Tu, tu ne veux pas m’attendre ?, bredouilla t’elle. La nuit est complètement tombée et j’ai peur de me perdre pour de bon dans ce noir.
-Je veux bien, mais je ne sais pas où tu habites moi.
-Tu n’auras qu’à m’emmener à la mairie, je n’habite pas loin, après la mairie je saurais me débrouiller.
-D’accord.
Elle entra dans la boulangerie qui s’apprêtait à fermer mais la boulangère la laissa faire ses achats.  Elle prit du pain et deux pains au chocolat, un pour elle et un pour remercier ce garçon de l’avoir raccompagner. Elle paya puis sortit. Elle enfourna son pain au chocolat dans sa bouche et tendit l’autre au jeune homme qui l’accepta un peu gêné :
-T’aurais pas du, vraiment, dit celui-ci un peu embarrasser.
-C’est pour te remercier de m’avoir raccompagné et de m’avoir remonté le moral. Alors voila, merci.
-C’était rien, qui résisterais à aider une belle demoiselle en détresse ?
Elle rougit fortement, détourna la tête pour qu’il ne le voie pas et respira un grand bol d’air frais. Elle se dit qu’elle se faisait des idées, qu’il avait dit ça sur le ton de la plaisanterie.

Elle regarda les étoiles au dessus de sa tête, le ciel était magnifique, le nombre d’étoile impressionnant, la voie lactée tranchant la nuit en deux.
-Univers, envoie moi un signe, pensa t’elle.
A ce moment précis une étoile filante traversa l’immensité de la voute céleste.
-Je souhaite que mon destin soit à tout jamais lié à celui de l’homme à mes côté en ce moment, murmura Ondine.
-Tu as dit quelque chose Ondine ?, demanda le jeune homme.
-Moi ? Non, rien.

Pendant ce temps, dans l’immensité de l’espace, la comète qui avait laissé cette étoile filante dans son sillage s’illumina.
-Jira … CHI !

Ondine et son mystérieux protecteur arrivèrent devant la mairie, elle se retourna vers lui, ne sachant pas quoi dire elle se pencha, mais au moment ou elle allait l’embrasser sur la joue pour le remercier le téléphone de celui-ci se mit à vibrer. Il le sortit de sa poche, jeta un bref coup d’œil puis se concentra de nouveau sur Ondine :
-Désolé, c’est un message d’une amie.
-Oh, je vois.
- … Non ! C’est juste une amie, répondit t’il en comprenant ce qu’Ondine avait du croire. Rien de plus.
- Ah, dit-elle rougissante. Bon, il va falloir qu’on se quitte.
-Oui, je suppose.
-Régis m’attend, c’est … un peu plus qu’un ami, dit-elle.
-J’espère te revoir bientôt …, avoua t’il, essayant d’éviter le sujet du petit ami.
Elle lui fit un sourire doux, rougit, baissa la tête et se ressaisit difficilement, il lui faisait vraiment un sacré effet. Il lui sourit en retour, se retourna et commença à partir mais la voix d’Ondine le retint :
-Attend ! Je viens de me rendre compte que je ne connais même pas ton nom, bredouilla t’elle dans un léger rire nerveux.
Il se tourna vers elle, un petit sourire en coin. Il laissa passer un petit moment avant de se décider à répondre :
-Tu n’as qu’à m’appeler … Z.
-Z ? C’est pas courant comme nom, rigola t’elle.
Voyant qu’il n’avait pas relevé elle lui sourit en guise d’au revoir et elle se décida à rentrer chez elle, suivie du regard par le mystérieux Z.

Dès qu’elle fut partie, celui-ci ressortit son téléphone de sa poche, prenant soudainement un air sérieux, il lu le message qui s’affichait :

Rappelle-moi vite, urgent !
-Dianthéa

Après avoir lu ce message il retrouva rapidement son numéro dans son répertoire et s’empressa d’accéder à sa demande :
-Allo … … C’est normal, on ne fait pas attendre un maitre … … Oui … … Bientôt … … Parfait.
Après une brève discussion il raccrocha et disparu dans la nuit.

Le lendemain matin Ondine s’éveilla dans les bras de Régis, elle regarda tout autour d’elle. Puis, se décidant à se lever elle essaya de sortir le plus délicatement possible pour ne pas réveiller Régis mais lui, ne l’entendait pas de cette oreille. Il la tira vers lui d’un mouvement puissant mais doux et l’entoura de nouveau de ses bras nus, il se déplaça de manière à ce qu’il se retrouve sur elle et lui sourit :
-Salut toi.
-Salut Régis, tu veux bien me lâcher ?
-Pourquoi ?, demanda t’il boudeur.
-Tu sais bien, je dois allez aider Sacha.
-Ca ne me plait pas de te voir tout le temps avec lui.
-Arrête un peu, répondit-elle agacée. Et puis il y aura Cynthia avec nous, je suis sure que tu vas la harceler pour savoir tout ce qu’on aura fait dans les moindres détails, je me trompe ?
-Cynthia est rentrée ?, se demanda Régis. Je ne savais pas.
-Tu vois, c’est exactement ce que je te reprochais hier, Cynthia est rentrée et aujourd’hui je vais avec elle et Sacha pour mettre à profit l’aide que les habitants du nord ont bien voulu nous apporter. C’est exactement pour ça qu’on s’est disputé !, s’énerva Ondine. Tu ne m’écoute jamais, il n’y en a que pour toi, tout le temps ! Si ce dont tu as besoin c’est d’une fille qui te répète sans arrêt que tu es le meilleur alors rappelle tes Pom-pom-girls !
Sur ces mots Ondine poussa Régis et sortie du lit, elle prit un jean, un T-shirt blanc et une veste, les enfila vite fait et quitta la chambre, laissant Régis perplexe :
-Mais qu’est ce qu’elle a aujourd’hui ?, se demanda t’il.

Ondine arriva sur le terrain ou Cynthia leur avait donné rendez-vous, celle-ci était déjà là, accompagner de Sacha, tout deux étaient emmitouflés dans leurs énormes vestes.
Le terrain, lui, était vide, un lambeau de terre vierge au milieu du village. Cynthia pris la parole :
-Bonjour tout les deux ! Vous allez bien ?
-Oui !, répondirent en chœur Sacha et Ondine.
-J’entends dans votre voix que vous mentez tout les deux mais on passera. Le peuple des grands froids m’a offert ceci, dit-elle en montrant un sac de graine plein à côté d’elle. Ces céréales ont la particularité de survivre aux températures infernales qui règne ici, froides comme chaudes.
-On peut pas dire qu’il fasse très chaud ici, marmonna Ondine.
-En fait, continua Cynthia. J’ai justement appris que l’été, cet endroit ressemblait à une véritable fournaise, les températures extrêmes faisant que seule cette plante pousse dans le coin, c’est ce qu’on va devoir manger à partir de maintenant, alors autant commencer à les planter tout de suite.
-Vous n’avez quand même pas fait appel à nous pour qu’on plante ces trucs ?, demanda Sacha, la tête de celui qui vient de se réveiller.
-Bien sur que non, tout le village s’attèlera à cette tache cet après-midi. Si j’ai fait appel à vous c’est par ce que vous êtes les meilleurs dresseurs disponibles et que j’ai besoin de vous pour une affaire urgente !
-Laquelle ?, s’exclamèrent Sacha et Ondine, synchros.
-La Révolution contre la Team Rocket à décider de prendre contact avec nous, je veux que vous soyez les représentants du village auprès d’eux.
-C’est d’accord !, affirma Ondine sans laisser le choix à Sacha.
-Très bien, annonça Cynthia. Alors c’est décider, vous partez demain, la rencontre se fera à Rotombourg.
-Rotombourg ! Mais cette ville est sous le contrôle de la Team Rocket !, protesta Sacha.
-Aucun problème, depuis que la Team Rocket à décider de faire stopper le trafic ferroviaire de Méanville, Rotombourg s’est retrouvé isoler et difficile d’accès donc il y a très peu de membres de la Team Rocket là bas. C’est pour ça que la révolution y a basé son QG.
-Eu … mais je, eu … j’ai pas encore dit oui moi, balbutia Sacha alors qu’Ondine le tirait par l’oreille pour le ramener chez lui.
-Et n’oubliez pas !, cria Cynthia de loin. Cet après-midi vous venez aider comme les autres !

En ramenant Sacha chez lui, Ondine prit la décision de ne pas retourner manger chez elle, après s’être disputé avec Régis elle n’avait aucune envie de le voir. Elle déposa donc Sacha chez lui puis invita Mélodie à venir manger avec elle. Arriver dans un des seuls restaurants du village, elles prirent une table et Mélodie commença à poser des questions, beaucoup, beaucoup de questions … :
-Alors ! Dit moi ! S’il te plait ! Qu’est ce que tu as en ce moment ?  Tu ne veux pas me dire ? Tu as rencontré un garçon c’est ça ?
-Tu me fatigue Mélodie, si j’avais sue que tu allais me harceler j’aurais demandé à Flora de m’accompagner.
-Flora ? T’es sérieuse ? Elle t’aurait torturé pour savoir ce que tu cache ! Et puis ne change pas de sujet !
-Bondaccordmaisilfautmecomprendreaussicetypeetaittellementgentiletmignonetgentit ! Je l’ai pas déjà dis ça ?, enchaina Ondine à une vitesse inhumaine.
-Eu …  
-Quoi ?
-Tu peux répéter sans aller aussi vite qu’un TMV ?
-Un quoi ?
-Train à Méga-Vitesse, t’es jamais allé à Kalos ?
-Non, j’aurais bien aimé mais c’est loin et c’est une des destinations touristique les plus cher du monde alors j’ai pas pu.
-T’as vraiment raté quelque chose, Kalos est superbe, sans parler d’Illumis.
-Au fait j’ai plus entendu parler de Kalos depuis le début de l’invasion de la Team Rocket, qu’est ce que la région est devenue ?
-Je n’en sais rien, la Team Rocket ne s’y était pas encore attaquer quand les communications officielles entre les régions ont cessé.
-Il faudra que je demande à la Révolution s’ils en savent plus de leur côté …
-Ah oui !, s’exclama Mélodie. Alors comme ça tu vas nous représenter auprès de la Révolution, Cynthia m’en a parler, c’est génial !
-J’ai vraiment envie d’en apprendre plus, conclut Ondine.
Ondine regarda l’heure et se leva de table brusquement.
-On est en retard, Cynthia va nous tuer !
-Part devant je termine, répondit Mélodie la bouche pleine tout en enfournant le plus de nourriture qu’elle pouvait dans sa bouche.
Ondine lâcha un BERK et courut vers le terrain de plantation, mais dans sa course elle ne faisait plus attention et percuta quelqu’un de plein fouet. Et tout deux s’étalèrent par terre.
-Je suis vraiment désolé, s’excusa-t-elle.
-C’est rien, répondit l’homme en se relevant.
-Z ! Comment tu vas ?, demanda t’elle alors que celui-ci l’aidait à se relever à son tour.
-Bien et toi ?
-Oui mais plus pour longtemps si Cynthia se rend compte que je ne suis pas encore là. Toi aussi tu vas à la plantation ?
-Eu … en fait non, je ne peux pas, je dois aller voir une amie. Juste une amie, ajouta t’il dans un rire.
-Décidément, tu en as beaucoup des amies.
-Non, pas temps que ça mais elles me sont précieuses, répondit-il avec un regard charmeur.
Ondine rigola, elle posa sa main sur le bras de Z en guise d’au revoir mais ce simple contact la fit frissonner. Elle courut ensuite en direction du terrain, Z se retourna et se dirigea vers le restaurant :
-Salut Mélo, dit-il souriant.
-Tu m’appelle encore une fois comme ça Z et je te promets que je te tue, répondit Mélodie sur un ton sec.
Z ricana et s’assit à côté de Mélodie et lui rétorqua :
-Mange moins vite, tu vas t’étouffer !
---------------------------------------------------------------------------
Voilà ^^
Ondine qui tombe amoureuse de Z, surtout que grâce à ce cher Jirachi elle a lié sans le savoir son destin à la Team Aura pour toujours.  Twisted Evil 
C’est quand même la toute première apparition d’un membre de la Team Aura, au chapitre 11 il était temps.  Very Happy 
En tout cas j’espère que ce chapitre vous a plu ^^
Personnellement j'ai l'impression qu'il aurait pu être beaucoup mieux, alors dites moi ce que vous en pensez pour que je sache si ce n'est qu'un impression.
Revenir en haut Aller en bas
Oohfemmeluxieuse
Gagnante du concours de fics
Gagnante du concours de fics
avatar

Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 2864
Age : 23
Date d'inscription : 21/04/2011

MessageSujet: Re: La team Aura (Tome1)   Mer 18 Déc - 18:24

Smile ah super ! Very Happy je trouve qu'il est mieux écrit que les précédents chapitres. Smile C'est bien décrit. Je visualise bien les scènes, les personnages, vraiment c'est TOP, continu ainsi !! Smile On dirait bien que mes conseils t'on servit Smile

Very Happy Et Ondine qui ne sait pas que Mélodie connait Z XD mdr

Non franchement, c'est bien fait, bravo Very Happy

______________________________________________________
"Oohfemmeluxieuse, parce que la faute d'orthographe est un art dans les écorchures des mots..."






Like a Star @ heaven J'écris parce que j'en ai envie. J'écris parce que je crois que n'ai plus le choix.
C'est une addiction qu'on prend plaisir à goûter de plus en plus jusqu'à atteindre l'overdose...Like a Star @ heaven 





" L'admiration que je vois dans ton regard est une force qui m'est obsessionnelle, c'est quelque chose qui me rend fidèle, qui me rend faible..."



PikaPotter ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://pikOoups-smile.skyrock.com
 
La team Aura (Tome1)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
 Sujets similaires
-
» Soul team par fadoo
» [CAB]Win-Mobile Team Pack for Touch HD2
» LA TEAM DE SSMD
» Appel à Design Team - saison 2010-2011
» Gillet Vertigo Team "Hobby 2000" pour l'EEC 2010 à Dison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon AAML :: Fictions :: Fan Fics :: En cours-
Sauter vers: