Pokémon AAML

Pokémon AAML

Salut à toi Invité!
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Bienvenue sur le forum AAML ! Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

Rendez-vous à 20h00 sur la Tchat-Box du forum ce soir pour une soirée Tchat-box ! Very Happy

Partagez | 
 

 Une Nuit de Novembre

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une Nuit de Novembre    Jeu 7 Juil - 16:56


Je ne sais pas, j'ai chois le nom comme ça ...
Revenir en haut Aller en bas
remy1106


avatar

Aucun Avertissement

Masculin Nombre de messages : 9142
Age : 22
Film Pokémon préféré : lucario et le mystère de mew; le pouvoir est en toi
Pokémon(s) préféré(s) : dracolosse, arceus, évoli
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : soulsilver et platine
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Une Nuit de Novembre    Jeu 7 Juil - 16:57

sauf qu'elle les cheveux ni long ni noir et que c'est aussi un personne d'Unys, il y a juste le prénom français qui les rassemblent
Revenir en haut Aller en bas
lati@s


avatar

Aucun Avertissement

Masculin Nombre de messages : 1913
Age : 19
Film Pokémon préféré : Latios et Latias les heros pokemon
Pokémon(s) préféré(s) : Latias, Latios, Mew, Absol et Zorua.
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : Diamant, Noir/Blanc et XY
Date d'inscription : 28/05/2011

MessageSujet: Re: Une Nuit de Novembre    Jeu 7 Juil - 16:58

Pff, Unis on s'en fiche (favoritisme lol! ).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une Nuit de Novembre    Jeu 7 Juil - 17:03


Olala Lati@s, j'espère que tu ne sera jamais prof sinon .. vive le favoritisme XD

Bon on va arrêter de parler de Bianca, vu qu'el va vite disparaitre ...
Revenir en haut Aller en bas
lati@s


avatar

Aucun Avertissement

Masculin Nombre de messages : 1913
Age : 19
Film Pokémon préféré : Latios et Latias les heros pokemon
Pokémon(s) préféré(s) : Latias, Latios, Mew, Absol et Zorua.
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : Diamant, Noir/Blanc et XY
Date d'inscription : 28/05/2011

MessageSujet: Re: Une Nuit de Novembre    Jeu 7 Juil - 17:21

Céciliaa a écrit:

Olala Lati@s, j'espère que tu ne sera jamais prof sinon .. vive le favoritisme XD

Bon on va arrêter de parler de Bianca, vu qu'el va vite disparaitre ...

Prof ... non très peu pour moi merci ^^
Je préfère les écrivains, ..., non, n'exagérons pas ce n'est pas tous a fait du favoritisme là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une Nuit de Novembre    Jeu 7 Juil - 17:29


Je suis en train de vous préparer une petite video pour vos aider à mieux comprendre le lieu dans lequel il se trouve ... j'la poste des qu'elle est fini
Revenir en haut Aller en bas
lati@s


avatar

Aucun Avertissement

Masculin Nombre de messages : 1913
Age : 19
Film Pokémon préféré : Latios et Latias les heros pokemon
Pokémon(s) préféré(s) : Latias, Latios, Mew, Absol et Zorua.
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : Diamant, Noir/Blanc et XY
Date d'inscription : 28/05/2011

MessageSujet: Re: Une Nuit de Novembre    Jeu 7 Juil - 19:05

OK.
SUITE !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une Nuit de Novembre    Lun 26 Sep - 20:51

Avant de toute chose, je suis vraiment désolé si la suite mais enormement de temps à arrivé. J'ai très très peu de temps pour moi en ce moment mais Je promet de Faire Des Efforts.
Bonne lecture à Tous Very Happy

______________________________________________________________________________________________________________________

Chapitre n°13: Le Chaos


Le 18 Juin 1940 :

Les Allemands s'enfoncèrent dans l'église, le commandant en tête de file. Paul les regarda ainsi que les réfugiés avant de se mettre a avancè vers eux. Olga et Ondine le regarda faire puis voyant qu personne d'autre ne bougeait, la jeune rousse le suivit. Elle fut rejoind par Kenny. En quelques secondes, ils se retrouvèrent a la hauteur de Paul. Les 3 français s'arrêtèrent devant les allemands. Tous les regard étaient rivé sur eux.

Commandant : alors docteur Larcher vous vous en sortez ?
Paul: Nous avons recuperer les armes et nous sommes en train d'enrayer une épidémie.

Les yeux du Commandant allemand scannerent les 3 français avant de s'arrêter sur leurs bras.

Commandant: mais qu'es-ce que c'est que ça ?
Paul: ce sont des brassards de reconnaissance. J'en fais porté à tous ceux qui ...
Commandant: je vous demanderais d'enlever ça toute suite Docteur !!
Paul: mais pourquoi ? vous plaissantez...
Commandant: les drapeau tricolore est desormais strictement interdit!

A l'entente du mot " interdit ", Kenny retira très rapidement le morceau de tissu bleu, blanc, rouge et le mit à l'interieur de sa poche de costume.

Commandant: ça presence est considérer comme acte hostile à l'armée allemande!

Sans un mot de plus, Paul obéis au Commandant. Il commença à faire glisser le long de son bras, le brassard couleur france jusqu'à ceux que ses yeux croisent la silhouette imobile d'Ondine. La jeune rousse était droite comme un i et ses poings étaient serrés.

Paul: Ondine s'il vous plait ...
Ondine: Non !

Les regards se posèrent tous sur elle.

Commandant: que ce passe t-il ?

Il croisa le regard d'azur de la jeune française.

Ondine: Non ! je refuse...

Malgrès la duretée du regard du chef allemand, elle ne passa pas les yeux ... mais elle sentait la prèsence d'un autre regard sur elle. Un regard aussi sombre que la nuit mais qui ne degageai ni haine, ni cruauté. Elle osa le regarder à son tour. Les yeux d'emmeraudes de la rouquine croisa celui rempli de peur de Sacha. Elle le devisagea quelques secondes avant de s'apercevoir que ses lèvres bougeaient. L'impatience pourrisa la pièce mais elle se concentra discretement sur le mouvement des lèvres de l'allemand dont l'humanité était sans limite. Elle essayait de comprendre... en vain. Son visage s'immoblisa. Ondine avala sa salive avant de lancer un regard sans crainte au Commandant.

Ondine: je refuse de cacher les couleurs de ma patrie...

Contre toute attente, il se mit à rire suivit de très près de sa bande de soldat. Elle remarqua que tous rièrent. Tous sauf... Sacha qui lui avait fermé les yeux. Quelques petites minutes plus tard, les rires s'estompèrent. Le Commandant commença à s'avancer vers la jeune femme qui ne bougea pas. Malgrès son regard menaçant, elle ne cilla pas. Il s'arrêta à sa hauteur. Personne ne parla et tous les regards étaient tournée vers ses deux personnages. Aucun des deux ne bougea jusqu'à que la main forte du Commandant vienne se poser violament sur le bras frèle d'Ondine, exactement à l'endroit ou se trouvait le brassard. Elle sursauta en même temps que le coeur d'un jeune soldat allemand.

Commandant: sachez mademoiselle que la France n'existe plus !

D'un geste violent, il arracha le morceau de tissu et la poussa en arrière. Ondine ne pu se retenir et tomba en arrière. Le corps d'Ondine au contact du sol fit remonter la poussière. En quelques secondes, la française s'était retrouvé assise par terre. Le commandant regarda Ondine puis le brassard à l'interieur de sa grande main jusqu'à ce qu'une grimace s'installe sur son visage.

Commandant: Vous ne pouvez rien faire contre l'odeur...

Devant le regard d'Ondine et des autres, il deposa le morceau de tissu sur son nez.

Commandant: C'est epouvantable !

Paul: faudrait pouvoir evacuer une partie des gens mais... nous avons pas les moyens de les obligés à partir.

Le commandant éternua à l'interieur du brassard.

Commandant: maintenant je comprends mieux pourquoi vous avez perdu la guerre.

Il lacha le brassard qui tomba dans la poussière. Les regards des français suivirent le morceau d'echarpe de maire avant que le Commandant ne donne des instructions.

Commandant: Voici les directives du commandement millitaire allemands en France...

Un soldat lui tendit quelques feuilles de papier qu'il prit.

Commandant: et vous devez les faire respecté scrupuleusement par la population.

Il tentit la feuille à Paul.

Commandant: Les sanctions en cas de manquement sont assez severs.

Paul fit passé des feuilles à Kenny.

Kenny: c'est en allemand.

Puis une à Ondine qui ne la prit pas.

Ondine: Je ne sais pas lire.
Paul: Pennez la. Daisy vous la lira.

Elle obéisa.

Commandant: Par ailleurs, selon des informations, un ressortisants du Reich communiste, autrichien, recherché par notre police, se serait refugié ici.

Il tentit une nouvelle feuille à Paul.

Commandant: c'est un grand enemi du peuple allemand.

Paul observa la photo qui couvrait plus de la moitié de la feuille puis un souvenir lui vient en tête...

" Paul : Bonjour, je suis adjoint au maire d’une ville de banlieue et investie des pouvoirs de police…donnez-moi votre arme s’il vous plait... Monsieur, nous sommes en tant de guerre, le port d’arme par les civils est interdit… s’il vous plait... Non, laissez-le dans son étui !
Homme : C’est du vrai cuire anglais, ça vaut chère.
Paul : Tenez. "


Il reconnut cet homme à qui il avait retiré son arme quelques heures plutôt.

Paul: mais s'il est autrichien, en quoi ça nous concerne ?
Commandant: Il fait partie d'une liste de personne que votre gournement, dans la convention d'armistice, c'est engagé à livrer à l'Allemagne.
Paul: mais l'Armistice ne prend effet que demain.

Le chef allemand ne dit rien pendant quelques minutes avant de faire une proposition.

Commandant: voulez vous que je ferme les portes de l'Eglise et laissé vous a l'interieur pour ne revenir que demain ou que je lève la fonction d'otage de vos proches.

Paul ne s'avait pas quoi choisir. Il ne pouvait pas vendre un homme qui avait colaborer avec lui quelques heures plutôt puis d'un côté, il pensait à sa femme, à Daisy, à Ondine et au petit Téquiro... il souffla un long moment.

Paul: Faite comme vous voulez.
Commandant: Toute aide apporté à ce criminel sera severement puni.

Des qu'il se tue, un silence s'installa. Kenny jeta un coup d'oeil à Paul et le Commandant se tourna vers ses soldats.

Commandant: Soldat des Dritten Reiches, Abgrasen der Kirche... Überall!... Und wenn der Kommunist entlaufen versuchen wurde, Schiessen einmal in die Luft vorher auf den Mensch. Laufen!
Soldats: Auf Befehl Kommandant

Dans un même mouvement, le groupe de soldats se dissipa pour retourné tous ceux qu'il trouvait. Les draps pendaient pour formé de petites pièces indivuelles furent accrachés et les meubles retournés. Paul, Kenny et Ondine regardait la scène. Ils pouvaient lire la peur dans les prunelles des femmes et la haine dans celle des hommes.Un vieil homme s'approcha d'eux.

Homme: il a dit de fouillé l'église et en cas de fuite du type, ils vont tiré une fois en l'air...une seul fois.
Kenny:...et puis plus en l'air, je suppose.

Les yeux d'Ondine se detournèrent du vieil homme pour le cherché. Elle l'apperçut une main sur l'épaule d'un homme en train de le comparer à la photo. C'était trop dur pour elle de le voir à l'oeuvre. Elle prefera donc retourné dans la conversation de Paul et Kenny.

Kenny: on n'a aucune raison d'aider ce type. C'est un communiste et un fouteur de m***** !

Ondine le regarda de haute en bas.

Ondine: communiste ou socialiste, on est tous dans la même m***** en ce moment!
Paul: puis ça n'a rien à voir, quand je lui est demander son arme, il a colaborer sans aucun hésitation...puis je ne vais pas le montrer du doigt quand même...
Kenny: a oui et vous allez le cacher à l'insus de votre famille et d'Ondine.

Paul baissa la tête avant de se retourné vers la rousse qui regardait le desastre impuissante.

Paul: Qu'es que vous en pensez vous Ondine ?

elle jeta un regard à Kenny, puis à Sacha en train de fouilé l'eglise ainsi qu'à Paul.

Ondine: je pense que si on commence à se dénoncer entre nous... on ne s'en sortira jamais.
Kenny: s'il save quand le protège, on va avoir de gros, gros ennuies.
Paul: et comment on leur expliquera que l'on a pas parler plus tôt ? ... c'est en allant les voir maintenant que l'on aura des ennuies... vous vous iriez leur dire : " euh c'est lui, prennez le "
Kenny: oui. et c'est sans aucun doute.

La jeune femme lui jeta un regard dégouté et se promis de ne jamais lui faire confiance.

Kenny: mais je respecterais votre decision.
Paul: on ne fait rien. on ne dit rien aux allemands mais on n'aide pas cet homme à s'échapper ni à ...

Un coup de feu tirez en l'air retentit dans toute l'église avant que plussieurs autres se virent entendre. Plussieurs personnes tombèrent à terre alors que d'autres se baissèrent. Des nourrison se mirent à pleurés. Ondine, dans un geste reflexe, s'était baissé, se releva et involontaire ment cria son nom.

Ondine: Sacha!

Elle vit un soldat se retourné. Elle put lire dans son regard que ce n'était pas l'interressé, il pointa son arme sur elle et tira. Sans comprendre comment s'était arrivé, elle se retrouva sous un jeune homme qu'elle reconnut toute suite. C'était Arthur Bellini, un homme qu'elle avait rencontré quelques heures plutôt. Elle le regarda surprise.

Arthur: je ne te savais pas aussi téméraire.

Elle ne repondit rien et decida de fermé les yeux jusqu'à se que les coups de feux cessent. Pendant ce temps, les soldats allemands tirèent sur un homme qui courait de partout pour echapper aux balles mais au boup de quelques minutes, tout était finbi pour lui et les coups de feu cessa... Quand Ondine ouvrit les yeux, une main était tendu vers elle. Elle l'a prit et Arhur l'aida à se levée. Devant ses yeux, quatres soldats allemands portait un brancard ou l'un deux était couché. La jeune rouquine reconnut toute suite le visage de celui qui lui avait tiré dessus. Face à la petite mine d'Ondine, Arthur 'a rapprocha de lui par la taille.

Arthur: ça va allez.

Elle ne repondit pas. Derrière le brancard, elle reconnut Pierre et Sacha trainné par le pied le cadavre de l'homme rechargé. En passant devant Ondine, Sacha remarqua la main d'un homme sur la hanche de la jeune femme. Pierre le remarqua aussi et decida d'accélérer le pas. Les soldats sortirent de l'Eglise et le commandant s'approcha de Paul.

Commandant: Notre mission est ternimer. Votre fonction d'otage est levé... mais n'oubliez pas qu'il a desormais de nouvelles rêgles à faire respecter.

Sur cette dernière phrase, il sortit et Paul ne put s'empêcher d'emmetre un souffle de soulagement jusqu'à ce que des pleures qu'il reconnut se firent entendre.

Paul: Aurore !

Il se mit à courir vers l'infirmerie accompagné de Kenny... Pendant ce temps, Ondine se retourna vers Arthur.

Ondine: je ne t'ai toujours pas remercié...
Arthur: oh mais ce n'est rien du...
Ondine: Si !...si...tu m'as sauvé la vie. Sans toi, je serais surement morte à cette heure-ci...

Son regard se tourna vers la porte de l'Eglise et sa voix se baissa.

Ondine: et peut-être même qu'il me trainerait par les pieds...
Arthur: Qu'es que tu as dit ?

Elle se tourna vers lui, un sourire sur les lèvre.

Ondine: peut importe.

Un silence s'installa entre eux jusqu'à ce que le fils du directeur de la chambre du commerce le brise.

Arthur: j'peux te posé une question ?
Ondine: Bien sûr.
Authur: euh... qui est Sacha ?

Les yeux d'Ondine doublèrent de volume.

Ondine: Sacha ? ...
Arthur: oui

Le rouge lui monta légerement au joue.

Ondine: mais pourquoi cette question ?
Arthur: tu as crié ce nom juste avant que le soldat ne te tire dessus...

Les mains d'Ondine se joignirent dans un geste nerveu.

Ondine: ... ah non ! j'ai dit...j'ai dit...

elle emit un petit rire.

Ondine: j'ai dit " c'est ça! "
Arthur: c'est ça ?
Ondine: oui, tu as du confondre: c'est ça et sacha, ça se ressemble.

Elle lui souria de toute ses dents et Arthur se mit à rire.

Arthur: j'aurais du m'en douter...

Il s'arrêta de rire.

Arthur: c'était juste que j'avais peur que tu es quelqu'un...

Il l'a regarda dans les yeux.

Ondine: je ne connais aucun Sacha et je n'es personne dans ma vie.

Un sourire s'installa sur le visage d'Arthur. Il s'approcha d'elle avant que son visage ne fasse la même chose que son corps. A quelques centimêtre du visage de la rousse, il ferma les yeux. Ondine, elle le regarda s'approcher de plus en plus d'elle. Elle ferma les yeux et une image apparut dans sa tête...

" Ondine : Depuis que J'ai quitté ma Famille, il y a maintenant 9 mois, il me manque quelques choses ... quelques choses que Tu m'apporte quand tu es près de moi ... une sensation de sécurité mais aussi de ... l'affection... Tu me sauve la Vie, tu me protège des autres ... je ne sais pas pourquoi tu fais tout ça pour une vulgaire Boniche qui ...
Sacha : Die Liebe ..."


Ondine: Die Liebe...

elle ouvrit rapidement les yeux et vit le visage d'Arthur a quelques centimêtre du sien. Non! Elle ne voulait pas qu'il l'embrasse. Dans un geste maladroit, elle se recula. Ne sentant pas la peau d'ondine sous ses lèvres, Arthur ouvrit les yeux.

Ondine: Je ne suis pas prête...

Le rouge lui monta au joue.

Ondine: excuse-moi...je dois y aller !

Et elle se mit à courrir vers l'infirmerie, laissant Artur surpris par la reaction de la jeune femme. Quand elle arriva à l'infirmerie, elle ne put reprimé un haut de coeur. Devant elle se trouvait allongé au sol, le ventre rouge et du sang sortant de sa bouche, la bonne soeur qui s'occupait des enfants perdus. Paul, aggenoullé devant elle, posa une mains sur son visage et lui ferma les yeux. Les personnes autour d'elle firent un signe de croix. Dans le coin de la pièce, on pouvait entendre des pleurs étouffés. C'était ceux d'Aurore. Son mari se leva ma prendre dans les bras. Il l'embrassa sur le front.

Paul: rentre à la maison maintenant...
Aurore: mais...
Paul: c'est fini Aurore...c'est fini...

La jeune femme au cheveux bleu le regarda dans les yeux.

Paul: et amene le petit.

Un sourire s'afficha sur le visage d'Aurore qui deposa un petit baiser sur les lèvres de son mari avant de partir. Paul se dirigea vers Ondine.

Paul: vous pouvez y aller...c'est...
Ondine: ce n'est pas la peine de me mentir comme vous le faite avec votre femme...

Paul la regarda étonné.

Paul: comment ?
Ondine: ce n'est pas fini M.Larcher ...mais au contraire ça vient de commencer...
Paul: Ondine...
Ondine: et je sais que vous le savé.

Ils se regardèrent tous les deux dans le blanc des yeux.

Paul: allez y Ondine...
Ondine: oui, je suis fatigué.

Elle se retourna sans un mot et commença à partir.

Paul: Ondine!

Elle se retourna vers Paul.

Paul: merci pour tout.

Elle repondit seulement par un petit sourire avant de partir pour de bon. Il l'a regarda partir avant de sentir une main sur son épaule.

Kenny: j'pense qu'il va falloir que vous assumiez les fonction de maire Paul... a titre temporaire.

Paul se retourna vers lui.

Paul: vous plaissantez ? le maire va bientôt revenir.
Kenny: ça on en sait rien...puis des demain, il va falloir faire face à une multitude de problème...

Paul le regarda inquiet.

Kenny: le logement, l'approvissionnement, aquisision diverse... va bien faloir que quelqu'un prenne des decisions et aujourd'hui vous avez montrer que vous étiez l'homme de la situation.
Paul: vous étez sur que c'est légale ça ?

Kenny avala sa salive. C'était un inspecteur de police français qui avait réusis grace à sa franchise et à sa façon de faire respecter toutes les lois.

Kenny: c'est un cas de force majeur.

Face au silence de Paul, Kenny decida d'apuyer sur la corde sensible.

Kenny: regarder tous ses gens, ils ont besoin de vous...

Paul regarda la scène qui se déroulait devant lui: des hommes, des femmes et des enfants...des personnes agées allongés sur le sol devant le corps de leurs mari décedé ou a bout de force. Les réfugié ramassé leur derniere petites affaires et certains jeunes enfants pleures devant le cadavre de leur mere endormie pour l'eternité... Paul se retrouna vers Kenny et lui tendit la main que L'inspecteur s'enpressa de serrer.

Kenny: je savais que vous aviez bon coeur...

___________________________________________________________________


La nuit venait de tomber sur la capitale et Ondine et Daisy était dans la chambre de cette dernière. Ondine avait demandé à la jeune blonde de lui traduire le papier que le commandant allemand leur avait donné dans la journée. Les nouvelles lois n'enchantaient aucune des deux filles.

Daisy: heureusement que l'on est pas en hiver sinon on arrait pas le droit de sortir longtemps.
Ondine: c'est stupide un couvre feu par rapport au couché du soleil...

Au fil et à meusure que les lois defilaient les commentaires fussait.

Daisy: encore des impots...
Ondine: j'arrive déjà à ne pas trouvé ce qu'il me faut sur le marché alors la...
Daisy: il a a toujours le marché noir...

Ondine la regarda pleine d'interogation.

Ondine: le marché noir ?
Daisy: dans le dos des Boches.
Ondine: Daisy, j'ai déjà failli mourrir aujourd'hui alors s'il te plait pas tout les jours...

Daisy poussa Ondine du lit.

Daisy: ... surtout qu'Arthur ne sera peut-être pas toujours là pour te sauver la mise.

Elle se mit à rire alors qu'Ondine elle ne broncha pas.

Daisy: Bon vu que ça ne te fait pas rire, j'irais moi même.

Ondine se releva et se reposa à côté de sa nouvelle amie.

Ondine: faire du marché noir ?

Un sourire se desina sur son visage.

Daisy: les boches m'ont déjà trop pris... que ce soit à mon pays ou à ma famille...je ne leur laisserais rien de plus.

Pour ne pas touché à ce sujet sensible, les deux femmes continuèrent la liste.

Daisy: et dernière lois que je trouve être la meilleure...
Ondine: c'est quoi ?
Daisy: Les boches ont interdiction de touché aux françaises sous peine d'être envoyer sur un autre front et de perte de grade.

Sans comprendre pourquoi, Ondine baissa la tête.

Ondine: moi, je trouve cette loie stupide...

Daisy l'a regarda sans parler.

Ondine: je trouve ça bête d'interdire un homme et une femme de s'aimer juste parce qu'ils viennent de pays différents...

La blonde lui coupa la parole.

Daisy: Ondine...

Elle passa une main sous son menton et lui releva le visage pour qu'elles puissent se regarder.

Daisy: Ondine... les boches, à part leures petites personnes, ne savent pas aimer.

La main d'Ondine enleva très rapidement celle de Daisy qui lui soutenait le menton et se leva.

Ondine: je dois aller me coucher, je suis fatigué.
Daisy: A demain Ondine.
Ondine: A demain.

Elle sortit de la chambre d'Ondine et se dirigea vers la sienne. Elle decida d'aller passer petit coup d'eau sur son visage avant d'aller se coucher. Ellemit une main sur la poignée mais à ce même moment, la porte s'ouvrit sur Sacha, vetu d'un shorte et d'un haut blanc. Tous les deux avaient l'air surpris de se voir. Il s'arrêtèrent et un court silence s'installa entre eux.

Ondine: euh...tu as terminé ?
Sacha: o..oui.

Ondine leva la tête vers lui.

Ondine: tu m'as comprise ?
Sacha: oui...je comprends mieux avec Daisy.
Ondine: c'est bien.

Ondine commença à passer dans la salle de bain. Sacha la laissa faire et lui a contraire s'en alla. Elle ferma la porte et commença à se laver le visage quand quelqu'un tapa. Les robinets d'eau se fermèrent et elle entendi sa voix.

Sacha: Ondine...

Elle s'approcha de la porte.

Sacha:...Ondine...ich...euh...je suis...je suis heureux...

De l'autre côté de la porte, Sacha cherchais ses mots. Il mélangait allemand et français.

Sacha: ... froh für dich...euh...heureux pour toi...

Il cherchait ses mots et en même temps, ça lui fessait mal de les prononcer.

Sacha: je suis heureux....il sera te protéger...

Vu qu'il n'avait aucune réponse de la part de la jeune femme, il s'en alla. Ondine, dans la salle de bain, ferma les yeux jusqu'à ceux qu'elle entende le bruit de ses pas s'éloignés. Les paupières se soulevèrent et elle tourna rapidement la poignées de la salle de bain et sortit aux pas de course.

Ondine: Sacha!

Le jeune homme se retourna et la fit se blottir contre lui.

Ondine: non...il n'y a rien entre Arthur et moi...le seul qui sache vraiment me protéger c'est toi.

Malgrès que Sacha n'eut pas tout bien compris, il referma ses bras sur elle et la serra fort contre lui. Il restèrent un long moment ainsi. Sacha profitait de la douceur de ses cheveux et de l'odeur de la peau et Ondine de la sensation de sécurité qu'il lui procurait. Elle se recula un peu.

Ondine: je vais devoir aller me coucher.
Sacha: Attends...

Ondine le regarda fouillé dans la poche de son short. Il prit la main d'Ondine et lui deposa au creux de sa paume.

Sacha: je l'ai ramassé toute à l'heure.

Quand il retira sa main de celle d'Ondine, cette dernière recouvrit le morceau de tissu bleu blanc rouge que quelques heures plus tôt, elle portait autour du bras. La plume grise de pigeon voyageur perdu ressortait du pelage noir de l'aigle. Ses yeux croisèrent ceux couleur de nuit.

Sacha: tu m'as peur toute à l'heure...

Ma main d'Ondine se serra sur le tissu.

Ondine: Merci Sacha...merci...

Et sans un mot, elle le contourné et s'en alla dans sa chambre pour un monde ou l'amour est au dessus des lois. Sacha lui la regarda partir avant d'aller dans sa chambre. Quand il ouvrit la porte, Pierre, son collègue et meilleur ami l'attrappa et lui fit une fête.

Pierre: Alors mon pote, remis de tes emotions !

Sacha le poussa amicalement.

Sacha: Pierre arrête avec ça, je ne sais même pas si je vais accepté...

Pierre, surpris et toute excité, s'installa sur son lit en face de celui de Sacha.

Pierre: non mais tu te rends pas compte qu'en prennant du garde, tu fais moins le sal boulot.
Sacha: je sais bien mais je ne le merite pas.

Son collègue hocha la tête de gauche à droite.

Pierre: je ne suis pas d'accord, c'est toi qui a tué ce communiste...tu merite emplement cette mutation.
Sacha: Oui mais je prends aussi la place de quelqu'un de j'ai tué moi même.
Pierre: Tu as vraiment eu de la chance que le pere ne te voiye pas sinon tu aurais passé un mauvais quart d'heure et à cet heure-ci, tu ne serais plus en France.
Sacha: Pierre, comprend moi, il lui a tiré dessus...elle aurais pu mourrir si ce type ne lui avait pas sauté dessus.

Pierre emit un souffle et se leva pour se mettre à côté de son ami de guerre.

Pierre: bon on va dire que c'est un mal pour un bien. Grace à ce tire, toi tu t'es debrassé du lieutenant et elle a pu rencontré un autre homme... crois moi, c'est mieux ainsi.

Sacha baissa les yeux quelques minutes avant de levé les yeux vers son ami

Sacha: tu as raison.

______________________________________________________________________________________________________________________

Merci à Indercel pour les paroles Allemandes Smile

Revenir en haut Aller en bas
remy1106


avatar

Aucun Avertissement

Masculin Nombre de messages : 9142
Age : 22
Film Pokémon préféré : lucario et le mystère de mew; le pouvoir est en toi
Pokémon(s) préféré(s) : dracolosse, arceus, évoli
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : soulsilver et platine
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Une Nuit de Novembre    Lun 26 Sep - 21:16

chouette enfin la suite ^^
Arthur il a pas intérêt à lui faire des avances sinon gare à lui!
Revenir en haut Aller en bas
Lolo57
Administrateur
Administrateur
avatar

Aucun Avertissement

Féminin Nombre de messages : 3025
Age : 23
Film Pokémon préféré : Je les aime bien tous pour être honnête, mais je dirais les trois premiers films
Pokémon(s) préféré(s) : Étouraptor
Jeu(x) vidéo Pokémon préféré : RF/VF
Date d'inscription : 27/10/2010

MessageSujet: Re: Une Nuit de Novembre    Lun 26 Sep - 22:32

J'adore!!! Very Happy
Quand le gugus à tirer, j'ai bien crue que Ondine allait y passer x)
J'adore le rôle de Paul ^^ Ca fait contraste par rapport à l'animé Smile
Sacha et Ondine sont trop mignon je trouve <3
J'ai hâte de savoir la suite! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Nuit de Novembre    

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Nuit de Novembre
Revenir en haut 
Page 16 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
 Sujets similaires
-
» Stage Photos de Nuit à Namur le samedi 19 novembre 2011 (maximum 5 participants)
» Nuit de Samhain (31 Octobre au 1er Novembre)
» Une Nuit en Enfer : 20/11/12
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Comment connaître la vitesse instantanée de nos bolides la nuit ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon AAML :: Fictions :: Fan Fics :: Abandonnées-
Sauter vers: